Alliance Pacifique: Pérou, Mexique, Colombie et Chili

Publié le: 07-06-2012

Actualité |

(Mis à jour le: 03/07/2018)
Evaluer cet article

Le Pérou, le Mexique, la Colombie et le Chili  donnent naissance à l’Alliance du Pacifique

Le Pérou, le Mexique, la Colombie et le Chili  ont signé mercredi 6 juin un accord donnant officiellement le jour à l’Alliance du Pacifique qui vise à établir une intégration économique poussée entre ces quatre pays, proches politiquement et tous situés sur le versant occidental de l’Amérique latine services. 

L’idée de la création de cette alliance – un marché de plus de 215 millions de consommateurs avec un PIB total de plus de 2.000 milliards de dollars – s’est cristallisée à Lima le 28 avril de l’an dernier sous la pression  de l’ex-président péruvien Alan Garcia.

L’Alliance Pacifique

L'Alliance Pacifique

Prenant comme modèle l’Union européenne, l’Alliance du Pacifique
souhaite créer une zone de libre circulation des biens, des services,
des capitaux et des personnes et intensifier les échanges commerciaux
avec la région Asie-Pacifique. «  Notre groupe, a expliqué le ministre
des Affaires étrangères chilien Alfredo Moreno, peut se transformer en
une plate-forme d’intégration économique et commerciale. Il a vocation
de s’étendre sur d’autres régions, notamment à l’Asie Pacifique »

Le sommet Iibéro-américain s’est tenu en plein désert d’Atacama au nord
du Chili dans les locaux de l’observatoire astronomique qui abrite le
télescope le plus puissant de la planète.

Le président chilien Sebastian Piñera a déclaré « Sur les hauteurs de
Paranal, dans le désert le plus aride du monde et sous les cieux les
plus limpides, nous avons signé l’acte de naissance officiel de
l’Alliance du Pacifique. En peu de temps, nous avons réussi à avancer
rapidement. »


« Le potentiel économique de l’Alliance du Pacifique est notable »
, a
confirmé le président du Mexique Felipe Calderon en soulignant que le
nouveau bloc regroupe les économies des pays qui enregistrent les taux
de croissance économique les plus élevés en Amérique Latine, comme le
Pérou et le Chili.

Le président Colombien Juan Manuel Santos a quant à lui a estimé qu’il
s’agit « du processus d’intégration le plus important d’Amérique latine.
Il n’y a pas d’incompatibilité ou d’exclusion vis à vis des autres
processus d’intégration. Nous ne sommes contre personne mais au
contraire en faveur d’une intégration plus importante ».

Le chef d’état  péruvien Ollanta Humala a déclaré pour sa part :


« C’est un espace ouvert, sans confrontation ou idéologie qui ne cherche
pas à s’opposer à d’autres espaces d’intégration »
comme la Communauté
Andine ou l’Union Sudaméricaine (Unasur).

Le  Costa Rica qui a participé  dans un premier temps en qualité
d’observateur aux réunions de la nouvelle entité a demandé
formellement   son adhésion à l’Alliance par sa présidente  Laura
Chinchilla.

Tags:

Category: Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *