Costa Verde : un autre écrin de verdure du Brésil

 

Voyage au Brésil | | |

Costa Verde : un autre écrin de verdure du Brésil

Ah le Brésil … quand on y pense, on a toujours un petit soupir de nostalgie tant on aimerait y retourner. En attendant de pouvoir y aller à nouveau, laissez-moi vous faire découvrir un de ses joyaux : la Costa Verde. C’est un écrin de verdure qui vit paisiblement entre les frénétiques Rio de Janeiro et São Paulo. Entre les deux grandes villes, je me suis offert une parenthèse de bien-être le long de cette côte qui réserve bien des surprises …

La Costa Verde et ses chiffres qui font rêver

D’habitude, les chiffres n’augurent rien de bon, mais lorsqu’on parle de la Costa Verde, ils promettent tout un tas de belles découvertes. A vous d’en juger :

  • 200 km de plages de sable blanc bordées de mer aux eaux turquoise
  • 2 000 plages magnifiques au choix
  • 350 îlots montagneux qui se laissent découvrir d’aventure en aventure
  • 120 km² de forêt tropicale
  • 2 000 espèces faunistiques dont 900 sont endémiques à la région …

Tout cela ne fait-il pas rêver ? Et à mon grand bonheur, j’ai eu la chance de passer du rêve à la réalité ce que je vous l’espère aussi très bientôt. En attendant, poursuivez la visite avec moi pour déjà vous préparer à cette merveilleuse aventure.

En savoir plus sur La Costa Verde : une superbe côte brésilienne

La Costa Verde alias la « côte verte »

La forêt de Tijuca

Son nom signifie littéralement « côte verte » et pour cause, dès qu’on se rapproche de la région, le vert prédomine et égaie le regard. Le vert de la forêt Mata Atlantica, le vert des cocotiers qui donnent de l’ombre sur les plages et cette sorte de vert-bleu de la baie d’Ilha Grande où baignent les îlots montagneux de la côte. Oui, le vert y est la couleur dominante ce qui place le séjour entre les mains généreuses de la mère nature.

Découvrir la Costa Verde après la frénésie du carnaval carioca c’est comme plonger dans un silence absolu où le temps semble s’être figé. Et ce sentiment de retour vers le passé se renforce lorsqu’on atterrit dans la ville très coloniale de Paraty.

La forêt Mata Atlantica

Cette forêt avait autrefois recouverte une grande superficie du littoral brésilien, mais aujourd’hui, il n’en reste que 7%. C’est une forêt tropicale humide, aujourd’hui menacée, car bien qu’il n’en reste plus qu’une petite superficie, l’exploitation de bois, les extensions des plantations de canne à sucre et de café la mettent en danger.

Sur la Costa Verde, la Mata Atlantica prédomine les plages du haut de ses 1 000 m d’altitude. Elle couvre, sur 120 km², le parc national de Tijuca dans l’Etat de Rio de Janeiro et s’étend jusqu’à la Serra do Mar, dans l’Etat de São Paulo.

Une randonnée à travers cette forêt fait découvrir plus de 2 000 espèces animales ainsi que des fougères, des cocotiers brejauva … La région recense quelques 26 espèces de primates différentes donc il n’est pas rare d’en rencontrer en chemin.

Outre la faune et la flore, la forêt Mata Atlantica est aussi l’habitat de quelques pêcheurs descendants des indigènes Tupinambas : les indiens Caïçaras. La réserve compte quelques hameaux dont celui de Cairuçu das Pedras et de Ponta Negra. Habitués aux visiteurs, ces indigènes sont chaleureux et vous invitent même à découvrir leur mode de vie … pas si ancestral que cela. En effet, comme tous les Brésiliens, les Caïçaras portent des tongs (Havaïanas of course !) et des vêtements estivaux, voire des shorts de surf.

C’est d’ailleurs dans cette tenue de touristes très décontractée que les pêcheurs partent à la chasse aux poissons. Pour eux, la pêche se fait avec de grandes nasses qui servent à enserrer les proies. Tout le village se partage ensuite la récolte.

A part la pêche, les indiens sont aussi agriculteurs et cultivent des patates douces (une base importante de la gastronomie brésilienne), du manioc … Ils utilisent, soit la marche, soir les pirogues pour se déplacer.

Paraty, la ville coloniale de la Costa Verde

Située à environ 260 km de Rio, Paraty est une ville riche en histoire. Elle se situe entre la Serra do Mar et l’océan. Les Portugais ont choisi cet emplacement stratégique au 16e siècle pour fonder cette ville. Pendant des décennies, elle était un passage obligé vers l’Etat du Minas Gerais, alors réputé pour ses gisements d’or.

Au fil des siècles, la ville a pris de l’ampleur et s’est doté de nombreux bâtiments au style colonial. Se promener dans ses rues donne l’impression de découvrir un musée à ciel ouvert. Ici et là, on retrouve des galeries d’art, des restaurants, des églises, des petites boutiques et un haut-lieu incontournable, l’Emporio da Cachaça, une maison dédiée à la cachaça, un alcool issu de la canne à sucre et qui fait la fierté des Brésiliens.

Parmi les sites que je vous invite à découvrir, il y a :

  • L’Emporio da Cachaça que je viens de vous présenter : pour rappel, la distillation de la canne à sucre donne naissance à un alcool que l’on aromatise ensuite au girofle ou à la mandarine. Le tout donne un alcool jeune que l’on déguste à volonté (mais avec modération) lors du festival de la Pinga. « Pinga » est le terme que les Cariocas utilisent pour désigner cet alcool. L’Emporio de cachaça est à la fois une boutique et un musée.
  • Les églises : on en trouve plusieurs dont les plus incontournables sont l’église Nossa Senhora de Rosario appréciée pour ses autels de bois doré, l’église Nossa Senhora das Dores avec son cimetière, l’église Santa Rita dos Pardos Libertos avec son petit musée d’art sacré …
  • La maison de la culture qui fait plonger dans l’histoire de la ville et de ses habitants

Même si la visite de Paraty est surtout placée sous le signe historique, on n’en oublie pas pour autant de s’amuser. D’ailleurs, la ville est bordée par de nombreuses plages. Mon coup de cœur va à celle de Trindade.

Ilha Grande

Ilha Grande au Brésil

Dès qu’on pose le pied sur le ferry qui nous mène vers Ilha Grande, ou la « grande île », tous les soucis s’envolent. On se laisse bercer par la traversée qui se fait au départ d’Angra dos Reis. Au cours des derniers mètres qui nous séparent encore des rivages, on prend le temps d’admirer ce bout de terre recouvert d’une forêt verdoyante entourée de plages de sable blond.

Autrefois, cette île était un repaire de pirates. Elle a ensuite accueilli une léproserie puis une prison. Aujourd’hui, la prison accueille un musée. Bien que cette bâtisse semble de trop dans les paysages idylliques de l’île, elle fait partie de son histoire.

La première chose qui m’a frappé une fois débarqué sur l’île c’est que des locaux avec des charrettes vous attendent de pied ferme. Que font-ils là ? Ils viennent pour vous escorter jusqu’à votre hôtel en transportant vos bagages dans les charrettes. Un accueil original, mais qui cadre parfaitement avec le principe de « zéro voiture » de l’île. En effet, à Ilha Grande, vous ne trouverez aucune voiture ce qui rime évidemment avec zéro pollution.

La visite de l’île peut se faire en une journée, mais ne vous pressez pas. Profitez de ce paradis en prenant tout votre temps. Parmi les sites à ne pas manquer, il y a :

  • Le Pic du perroquet : le plus haut sommet de l’île qui culmine à 982 m d’altitude
  • Les spots de surf : l’île en compte plus d’une centaine
  • Les superbes plages dont la plage Lopez Mendes
  • Les piscines naturelles
  • Dois Rios, deux rivières où l’on aime aussi se baigner

La réserve de Juatinga

Au Brésil, les paradis se visitent à pied, le temps d’un trek. Il ne faut donc jamais oublier d’emporter une bonne paire de chaussures de marche, car même le long d’une zone côtière comme la Costa Verde, les sites de trek ne manquent pas. La réserve de Juatinga le prouve bien.

Egalement territoire des Caïçaras, cette réserve promet des aventures inoubliables teintées de leçons sur la pharmacopée. Ici, la civilisation n’a aucune influence d’ailleurs, si vous comptez recharger régulièrement vos téléphones portables et appareils électriques, vous pouvez oublier tout de suite. Au sein de la réserve, il n’y a pas d’électricité et c’est d’ailleurs, à la lueur des bougies que les dîners sont servis tous les soirs. Les grands romantiques apprécieront.

Au cours de la journée, les habitants s’adonnent à la pêche au filet ou aux lancers à la ligne. Vous pouvez leur prêter main forte, vous prélasser dans les cascades, jouer au foot avec les autres ou participer à la préparation des repas. Poissons et fruits exotiques sont mis en avant et on n’oublie pas la traditionnelle caïpirinha.

Autres lieux incontournables de la réserve :

  • Ponta Negra, un joli village établi autour d’un torrent
  • Martins de Sa, un camp de surf aux allures hippies
  • Laranjerias avec sa fabuleuse Praia Sono

Saco do Mamangua

Situé à environ 10 km de Paraty, Saco de Mamangua a des allures de fjords …, mais au Brésil. Longue de 8 km, cette échancrure de mer est un autre lieu d’habitation des Caïçaras. Là encore, on enfile les bonnes vieilles chaussures de marche et on s’enfonce profondément dans la nature.

Les grands aventuriers n’hésiteront pas à se faire un chemin dans cet environnement sans routes asphaltées tandis que les moins endurants opteront pour une visite en bateau de pêche que l’on appelle « traneira » dans la région. Ceux qui en ont les moyens, quant à eux, survoleront la zone à bord d’un hélicoptère, mais je persiste à le dire : rien ne vaut une rencontre direct avec les habitants et leurs cultures.

Lire aussi – Budget Brésil : quel budget prévoir pour votre voyage au Brésil ?

Après un bout de chemin en bateau, on accoste à un simple ponton pour descendre à terre. Une fois les bagages déposés à l’hôtel, la visite commence de suite et on se rend d’abord là où une bonne odeur de crevettes nous attire : la gargote de Dadico. On y déguste de grosses crevettes bien charnues, des huîtres, des soles, de robalos … le tout servi avec du manioc.

Une fois le ventre bien rempli, un petit somme à l’hôtel et on est de retour pour une bonne baignade. Le lendemain, on a droit à un emploi de temps bien rempli : baignades, kayaks, canoës et bien sûr, découverte de la faune et de la flore de la réserve écologique.

Découvrez le Brésil de A à Z

Tags: , ,

Category: Voyage au Brésil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code