Ile de Cozumel au Mexique : découverte de l’île et ses trésors

 

Voyage au Mexique | Mexique | | |

Ile de Cozumel au Mexique : découverte de l’île et ses trésors

ile cozumel carte

Après mes merveilleuses aventures en Amérique du Sud, je ne me résignais pas à quitter ce continent qui a encore tant à m’offrir. Je décide de monter un peu vers le nord pour déposer mes valises au Mexique. Alors ce qui devait arriver arriva : la semaine prévue se mua en mois et j’ai pu rajouter d’autres nouvelles aventures sur mon carnet de voyage. Je vous parlerais de toutes mes trouvailles dans d’autres billets, mais dans celui-ci, mon gros coup de cœur : l’île de Cozumel.

Je vous présente … Cozumel

Ile de Cozumel : un joyau du Mexique

Elue « réserve de biosphère » par l’Unesco en 2016, l’île de Cozumel baigne dans la mer des Caraïbes, à environ 20 km au large de la péninsule du Yucatan au Mexique. Elle est rattachée à l’Etat de Quintana Roo.

C’est le très célèbre Jacques-Yves Cousteau qui l’a redécouvert dans les années 60. Avant lui, les conquistadores Espagnols l’ont déjà occupé et ont détruit une grande majorité des temples. Non content de cette destruction, ils ont emporté la variole sur l’île ce qui ravagea presque la totalité des habitants. Les derniers survivants ont réussi à quitter l’île qui resta à l’abandon pendant plusieurs années. Seuls les pirates y passaient de temps en temps.

L’arrivée du commandant Cousteau lui permit de sortir de sa torpeur. Vu la renommée de ce marin émérite, le succès de Cozumel n’a pas tardé à venir. Au cours des années 60, le nombre de touristes qui s’y sont rués a tellement augmenté que dès les années 70, l’île s’est vu doter d’un grand aéroport ayant la capacité d’accueillir des vols internationaux. Le tourisme y commença alors très tôt et le phénomène s’est encore accru depuis que les paquebots de croisière voguant dans les Caraïbes l’ont inclus sur leur circuit. Aujourd’hui, Cozumel fait partie des escales préférées des croisiéristes et des touristes.

Mais avant de passer à la case tourisme à Cozumel, laissez-moi finir ma présentation de l’île.

Comme je le disais, c’est l’océanographe Jacques Cousteau qui l’a redécouvert. Les vestiges déjà présents sur l’île indiquent que ses premiers occupants étaient les Mayas, mais les archéologues ont aussi découvert quelques objets datant de la période des Olmèques sur place. Quoi qu’il en soit, la plupart des ruines anciennes témoignent bien de l’occupation Maya. Selon les historiens, ces derniers considéraient l’île comme l’habitat de la déesse Ix Chel, la déesse de la lune. Des temples lui étaient dédiés et sur les marchés artisanats, on découvre des masques rendant hommage à cette divinité. Aujourd’hui encore, les locaux la vénèrent, surtout les femmes qui souhaitent avoir des enfants. Elle symbolise effectivement l’amour, la fertilité et la santé. C’est l’une des traditions que j’ai découvert durant mon séjour.

Et pour finir la présentation, Cozumel signifierait « terre des hirondelles ». Passons maintenant à une découverte virtuelle de l’île …

Lire aussi – Les îles Marieta : un véritable petit bout de paradis sur terre !

Comment on s’y rend ?

cuzumel comment s'y rendre

La meilleure façon d’y aller c’est de partir au départ de Playa del Carmen. Au port, des ferrys partent tous les jours vers Cozumel. La traversée dure environ 30 mn et cela vous permet de la découvrir depuis la mer avant d’amarrer au port de l’île.

Toute l’année, la température y est agréable puisque tourne autour de 28°C et cela est aussi valable pour ses eaux. Même en hiver, ces dernières restant autour de 25-28°C. Déjà durant la traversée, vous verrez que le vent y est doux.

Dans vos bagages, prévoyez néanmoins quelques vêtements chauds et imperméables. En hiver, les pluies sont fréquentes et la température peut descendre à 10°C la nuit pour remonter une fois le soleil levé. En été, les pluies sont moins fréquentes, mais elles peuvent quand même décider de tomber. Et bien sûr, on n’oublie pas la crème solaire, un chapeau à larges bords, les lunettes de soleil, les tenues de plage et les tongs.

Avant toute chose … une formation de plongée

Plongée sous marine : ile cozumel

Soyons clair dès le départ : aller à Cozumel sans faire de la plongée c’est comme aller à Paris sans voir la Tour Eiffel. L’île abrite quelques-uns des plus beaux spots de plongée au monde et la deuxième plus grande barrière de corail au monde. Ses fonds marins sont également réputés à l’échelle mondiale pour leur beauté. Il va de soi que sans plonger, vous ne découvrirez jamais ces merveilles.

Première chose à faire donc une fois ses valises déposées, se renseigner sur les établissements qui proposent une formation accélérée et cela ne manque pas dans le coin. Bien sûr, ceux qui ont déjà leur certificat de plongée peuvent zapper cette étape et passer de suite à la pratique. Malheureusement, ce n’est pas mon cas, mais ce le sera bientôt.

Jour 1 à 4 donc, formation. On commence par une phase théorique à valider par un examen sous forme de QCM puis on passe à la pratique. Les bases s’apprennent en piscine puis c’est le grand saut dans la grande bleue. Au bout du jour 4, j’obtiens enfin mon diplôme de Padi Open Water qui me permet désormais de plonger jusqu’à 18 m de profondeur. Les plus gradés pourront descendre jusqu’à 75 m, mais cela me suffit pour le moment.

A lire – La plongée sous marine : ce qu’il faut savoir avant de débuter

Les sites de plongée

Ile de Cozumel : un joyau du Mexique

Cozumel abrite de nombreux sites de plongée lesquels abritent de nombreuses espèces dont le très convoité toadfish. C’est une espèce endémique de Cozumel. En voici quelques-uns d’entre eux :

  • Paraiso :

Le plus fréquenté est celui de Paraiso qui se situe à environ 35 mn en bateau de Cozumel. A la surface, l’eau est peu agitée et tout à coup, c’est le calme. Le silence qui règne dans les profondeurs est tellement agréable qu’on n’a pas vu le temps passer sans compter les belles rencontres qu’on a faites.

D’abord une grosse tortue qui nage tranquillement à quelques mètres puis un requin nourrice un peu plus loin. Ce dernier entraîne dans son sillage des dizaines de petits poissons colorés. D’autres poissons surgissent également des coraux, effrayés par notre présence. On continue d’avancer et le ballet de poissons, de muraines et même de raies se poursuit. Une fois remonté sur le bateau, le réalise qu’on a passé presque une heure sous l’eau.

Durant les jours qui ont suivi, je suis revenu à plusieurs reprises à Paraiso, mais j’ai aussi testé d’autres spots. Retenez que Cozumel dans son ensemble est un parc marin. Ce ne sont donc pas les sites de plongée qui y manquent, mais pour apprécier les meilleurs d’entre eux, mieux vaut descendre un peu plus au sud de l’île, à partir de Yucab.

  • Cantarel :

Par contre, si vous y allez entre décembre et février, quelques plongées au nord de l’île et plus précisément à Cantarel, vous permettront d’admirer le fameux Eagle Ray wall. Durant cette saison, les raies aigles sont effectivement présentes dans cette partie de ces eaux et le plus beau spectacle, c’est qu’ils nagent pas dizaine. Un évènement phare très attendu des plongeurs.

  • Punta Sur :

Le site le plus connu de Punta Sur est celui nomme Devil’s Throat ou Gorge du diable. Toute la zone est riche en cavernes et grottes sous-marines, mais le Devil’s Throat est le plus apprécie des plongeurs professionnels. J’insiste bien sur ce dernier mot, car l’accès y est assez difficile donc les professionnels de quelques jours comme moi l’éviteront. Selon les dires des autres, c’est toutefois un site à ne pas manquer du fait de sa topographie unique. Je n’en saurais pas plus là-dessus, mais je me fais le défi d’y aller un de ces jours.

  • Santa Rosa Wall :

Là encore, on découvre de nombreuses petites cavernes où les poissons et les crustacés ont élu domicile. La plongée y est facile, mais durant la haute saison, on rencontre plus de personnes sous les eaux que de poissons. C’est le site le plus populaire de Cozumel, donc mieux vaut y aller en basse saison pour pouvoir admirer sereinement les raies mantas, les mérous géants, les tortues marines …

  • Paso del Cedral :

Ce site est mon gros coup de cœur à Cozumel. Les autres sont magnifiques, mais ici, c’est vraiment féérique. Ce n’est pas surprenant si les amateurs de photographie sous-marine s’y ruent puisque la luminosité permet de capturer de manière très réaliste les couleurs des coraux. La faune et la flore y sont également très riches. Heureusement, les débutants y sont acceptés sinon je n’aurai jamais découvert pareil endroit.

  • Columbia :

Dès qu’on se rapproche du récif de Colombia Shallow, les poissons chirurgien nous réservent un bel accueil. La zone abrite d’imposants coraux dressés en colonnes et diverses formations rocheuses. Durant la découverte, nous rencontrons aussi des barracudas, des tortues de mer et d’autres espèces que je n’ai pas reconnu. Il faut savoir que le spot de Columbia abrite trois sites. Seul le Colombia Shallow est ouvert aux novices tandis que les deux autres sont réservés aux plus expérimentés. Là encore, ce sera un nouveau défi pour moi et une bonne raison de revenir à Cozumel.

  • Punta Tunich :

Malgré ses fonds peu profonds, Punta Tunich promet de belles découvertes grâce à un riche fond marin. Les tortues de mer, les coraux et les éponges y sont les plus remarqués. Quelques requins nourrices passent parfois dans le coin, mais c’est assez rare.

Que voir ou faire d’autres à Cozumel ?

se rendre à Cozumel

Outre la plongée, et surtout pour ceux qui ne sont pas trop attirés par cette discipline, l’île de Cozumel leur réserve d’autres activités. Parmi elles, il y a la découverte de l’île.

  • La ville de San Miguel :

La plus grande ville de Cozumel est San Miguel. Vous pourrez facilement y louer une voiture, un scooter ou un vélo pour partir à la découverte de cette île qui fait en tout 45 km de long sur 15 km de large. Evitez toutefois de rouler et rouler, mais prenez le temps de vous arrêter de temps à autre pour ne rien rater du spectacle. Au sein de la ville, j’ai préféré loué un vélo qui est beaucoup plus pratique et les autres jours, la marche suffit pour flâner en toute quiétude. Quelle que soit la direction que vous prendrez, vos pas vous ramèneront sûrement à la Plaza del sol. Cette petite place grouille toujours d’une foule joyeuse animée par des musiciens ambulants.

  • Le musée de Cozumel :

Il se situe dans le centre-ville. L’établissement est composé de quatre salles respectivement dédiées à la culture maya, à l’écosystème de l’île, à la barrière de corail et à l’histoire de l’île. C’est un site à ne pas manquer pour mieux connaître la culture des habitants.

  • Les ruines mayas :

Comme je l’ai déjà évoqué plus haut, Cozumel est considérée comme une terre sacrée pour les Mayas. Même s’il ne reste que des ruines de leur passage, certaines sont très bien conservées. Je pense notamment à San Gervasio qui est le site archéologique le plus connu de l’île. Il y a également le site de Ka’Na Nah qui est le temple dédié à la déesse Ix Chel.

  • Les plages :

Ile de Cozumel au Mexique

Dans le cas où on apprécie seulement les petits plaisirs qu’offre la plage, les plus belles se situent sur la côte ouest et sud de l’île. Là, vous bénéficierez d’eaux calmes et turquoise. Les plages de la côte orientale sont, quant à elles plus sauvages et les eaux y sont très agitées. Certains voyageurs apprécient néanmoins cela, mais attention, même si les baignades y sont autorisées, elles peuvent être dangereuses. Ceux qui veulent un peu de solitude apprécieront toutefois de s’y ressourcer de temps à autre, car elles sont très isolées.

  • Les réserves écologiques :

Les réserves écologiques à cozumel 

Cozumel abrite trois réserves naturelles à savoir le Parque Nacional Arrecife Marino de Cozumel, le Parque Eco-Arquelogico de la Laguna de Chankanaab et le Parque Far Celerain de Punta Sur.

C’est ce dernier que j’ai eu la chance de visiter. Il se trouve exactement là où la barrière de corail commence. La visite passe à travers la mangrove, les lagunes, les dunes côtières et les systèmes récifaux du site. De nombreuses espèces faunistiques et floristiques y sont regroupées. En matière de faune, on y trouve des crocodiles, des iguanes, des oiseaux exotiques … Du côté terre, il est possible de visiter le phare qui abrite un musée de la navigation. Ce phare date de 1934 et du haut de ses 34 m, il est le plus haut sommet de l’île. S’il vous reste un peu de force dans les jambes, n’hésitez pas à gravir les 266 marches (aller-retour) de la tour pour arriver au sommet et admirer la vue.

  • La Casa Mission :

L’une des raisons qui m’a poussé à poser mes valises au Mexique c’est la Tequila. Et lorsqu’on se trouve à Cozumel, il est impossible d’en repartir sans avoir visité la Casa Mission. Il s’agit d’un restaurant, mais qu’a-t-il de se spécial ? Ses fameuses « Tequila Tours ».

Il s’agit de visites guidées qui nous font découvrir la fabrication de la tequila à partir de sa matière première qu’est l’agave. Une dégustation est évidemment proposée suivie d’un bon repas à la mexicaine.

Cozumel est vraiment une destination à ne pas manquer et si je peux vous donner un petit conseil, réservez-vous plus d’une semaine au moins pour la découvrir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tags: , ,

Category: Voyage au Mexique, Mexique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code