Ile de San Andres : une île colombienne dans la mer des Caraïbes

Voyage en Colombie | Colombie

Rating: 5.0/5. From 1 vote.
Please wait...
(Last Updated On: 05/10/2018)

Malgré sa proximité avec les côtes nicaraguayennes, l’île de San Andres est rattachée à la Colombie dont les côtes se situent à environ 700 km. Pour s’y rendre, la meilleure option reste l’avion et plus précisément, un petit coucou qui peut facilement se poser sur l’île. Après avoir passé quelques jours dans la région andine de la Colombie, me retrouver à bord de cet appareil et au-dessus d’une mer d’un bleu incroyable est un vrai bonheur. Je passe brutalement du vert des Andes au bleu de la mer des Caraïbes et je dois dire que le contraste est frappant. A l’approche de l’île, la vue est encore plus belle, car sous mes yeux défilent un arc-en-ciel composé de plusieurs nuances de bleu. Oui, on n’a ni le violet, ni l’orange et encore moins le vert. Seulement du bleu, du bleu et encore du bleu dont les nuances s’éclaircissent à l’approche de la terre. En foulant le sol chaud, je me dis que le paradis devrait ressembler à cela, du moins, à certains endroits …

Petite présentation de l’île

san andres colombie

 

Comme partout où je vais, j’aime connaître les lieux avant de m’y aventurer. Du continent, je me renseigne alors sur l’île en question et rapidement, les informations que j’ai obtenues m’ont permis d’avoir un bref aperçu de ce bout de terre. Pour ceux qui l’ignoreraient :

  • L’île a été baptisée ainsi, car elle a été découverte le jour de la Saint André 1524
  • Elle s’étend sur une petite superficie de 26 km²
  • Elle est la plus grande île de l’archipel de San Andrés qui regroupe aussi les îles Santa Catalina et Providencia
  • La plus grande ville porte le nom de l’île à savoir San Andrés. Située dans le nord, la ville est considérée comme le haut-lieu touristique, mais il ne faut pas se limiter à cette région. Toute l’île vaut le détour et vous verrez qu’entre le nord et le sud, il y a une grande différence, notamment d’accueil
  • Du nord au sud et d’est en ouest, la mer d’un beau bleu turquoise entoure toute l’île, mais les paysages et les ambiances diffèrent à chaque fois
  • San Andrés est le paradis du duty free. En effet, la TVA n’y est pas appliquée donc pour les amateurs de whiskies, de vêtements et accessoires de marque, de parfums, d’accessoires technologiques, … tous de vraie marque, c’est l’endroit rêvé. Les rues de la ville sont bordées par de luxueuses boutiques qui affichent pourtant des petits prix
  • A part la ville de Sana Andrés, l’île abrite d’autres joyaux naturels à absolument découvrir
  • La température moyenne annuelle tourne autour de 27°C

Toutes ces informations bien assimilées, je m’en vais boucler ma valise pour me rendre au plus vite à l’aéroport.

Une eau aux sept nuances de bleu

C’est seulement en apercevant l’île et la mer qui l’entoure que j’ai su que le bleu pouvait avoir autant de nuances. Le spectacle est vraiment fabuleux et déjà, j’ai hâte de voir la suite.

A la descente du coucou, je m’empresse de me rendre à la plage la plus proche avec mon léger sac à dos sur le dos. Là, je suis subjuguée par tant de beauté. La plage, quasi-déserte lors de ce premier passage me fait de l’œil. Je décide de rentrer rapidement à l’hôtel pour me changer et me reposer une ou deux heures. A mon réveil, je ressors illico et à l’approche de la plage, c’est la déception. Il semblerait que tous les touristes que j’ai croisés à Bogota se sont donné le mot pour venir sur cette plage. Cette dernière était comble et je ne trouvais pas une petite place pour poser ma serviette.

Après avoir observé quelques minutes les voyageurs comme moi se débattant joyeusement dans l’eau, je rebrousse chemin pour visiter la ville. Pour moi, la plage ce sera tôt le lendemain ou un peu plus loin du centre-ville.

Le paradis de la détaxe

ile de san andres

En contournant les grands immeubles hôteliers pour atteindre le centre-ville, je découvre un univers très commercial où les boutiques de marque s’enchaînent. La première surprise passée, c’est un peu l’appréhension qui me guette, car toutes ces marques au bout du monde doivent coûter chères … et bien, pas du tout ! Sur les vitrines, je comprends d’emblée que tous les prix sont détaxés.

Dans mes yeux, je me voyais déjà porter des Gucci, me parfumer au Dior, me chausser en Timberland, … sans que je me ruine au shopping. Je reste toutefois prudent dans mes dépenses, car pour les activités sur l’île, je ne sais pas encore combien cela va me coûter.

La visite du nord de l’île

Puisque c’est là que se situe la plus grande ville, visiter San Andrés en premier s’est fait naturellement. N’ayant aucun point de comparaison, je découvre la ville et ses plages dans un esprit léger et sans vraiment avoir de coup de cœur surtout que la plupart des serveurs et vendeurs se montrent un peu snob par moment. Heureusement, ce n’est pas le cas des autres habitants qui sont cordiaux et chaleureux.

Le lendemain, je retourne sur la plage de Sprat Bight, assez tôt pour avoir une place et être un peu tranquille avant la forte affluence. J’ai quand même pu nager seul dans la mer avant que mes amis les touristes n’arrivent.

La côte est de l’île

Après trois jours dans le nord, je décide de poursuivre ma route en descendant le long de la côte est. Cette partie de l’île est totalement bordée de plages de sable blanc. La plus belle d’entre elles est sans doute celle de San Luis. Elle borde le petit village authentique de San Luis. J’ai beaucoup aimé y séjourner, car contrairement à San Andrés avec ses grands immeubles en béton, San Luis est plus authentique avec ses petites maisons colorées en bois. L’accueil est, du coup, plus chaleureux et plus festif.

De la plage de San Luis, la famille qui m’a hébergé me propose de visiter l’îlot Rocky Cay qui se trouve à proximité de là. Celui-ci est accessible à pied, mais il faudra prévoir un masque et un tuba pour découvrir ses fonds marins. Dès que vous enfouissiez la tête sous l’eau, des centaines de poissons s’approchent pour défiler devant vos yeux.

La côte ouest de l’île

Alors que la côte est bordée de kilomètres de plages, la côte ouest elle, en est totalement dépourvue. Elle propose, à la place, des piscines et des aquariums naturels bordés par des rochers saillants. Pour plonger dans la mer, des pontons et des échelles en bois ont été aménagés. Une fois dans l’eau, les poissons ne tardent pas à venir, car ils ont l’habitude qu’on leur donne des miettes de pain. Si vous n’en avez pas, ce n’est pas un problème, car vous êtes là surtout pour les observer et non les nourrir.

Parmi les lieux les plus connus de la côte ouest, on peut citer la Piscinita qui est certes fabuleuse, mais un peu trop fréquentée. L’entrée y est payante alors qu’un peu plus loin, l’entrée est gratuite et on a droit au même spectacle. On y découvre également un autre lieu baptisé West View qui est également idéal pour le snorkeling. L’entrée ainsi que les vestiaires sont payants, mais pour quelques euros, l’endroit en vaut le coup.

Toujours sur cette partie de l’île, on peut se rendre à un endroit baptisé El Cove. C’est le point idéal pour admirer le soleil couchant derrière cette mer turquoise.

Le sud de l’île

San Andres

Le sud de l’île n’est pas en reste en termes de beauté et de joyaux touristiques. Parmi les sites que j’ai particulièrement appréciés, je peux citer sans hésitation l’Hoyo Soplador. Il s’agit d’un énorme trou naturel qui abrite des tunnels souterrains. Le trou est entouré de corail et il crache littéralement de l’eau. Au bord du trou que l’on observe avec émerveillement, on sirote un bon piña colada comme tous les autres autour de nous.

Pour précision, la loi ne vous oblige pas à consommer pour accéder à ce site, mais les vendeurs du coin sont plutôt tenaces donc pour ne pas gâcher ce moment, je m’offre un petit verre.

Toujours dans la partie sud de l’île, on trouve une autre piscine naturelle taillée dans le corail par mère nature. Ce bain se nomme Pox Hole et y plonger est un vrai ravissement sans compter les trésors qu’elle abrite.

Quelques informations pratiques

San Andrés est un paradis pour les baigneurs et les plongeurs. Les amateurs de snorkeling s’y adapteront également facilement. Voici quelques conseils pour ceux qui veulent y séjourner prochainement :

  • Il faut prévoir un bon budget, car presque tout sur l’île est payant et un peu cher surtout en termes d’hébergement et de restauration. Vous pourrez bien sûr vous délecter de langoustes et fruits de mer dans les petites cantines en bord de plage, mais il arrivera aussi un moment où vous souhaiterez manger au restaurant d’où la nécessité d’un bon budget
  • Pour ceux qui aspirent à un peu de tranquillité et de sérénité, n’hésitez pas à explorer les plages pour trouver un coin tranquille
  • Pour ne pas avoir à dépenser beaucoup au restaurant, l’île abrite quelques supermarchés donc vous pouvez, de temps à autre, vous préparer quelques sandwichs ou des petits encas à emporter à la plage
  • En termes de transport, l’île est bien desservie par des bus et les tarifs sont plutôt abordables à raison de quelques centimes. Informez-vous toutefois sur les arrêts et les bus à prendre. Des taximotos proposent également leurs services pour des tarifs abordables. Si vous voulez rester maître de vos mouvements, vous pouvez louer un scooter ou une voiture électrique, mais il faudra, là encore payer le prix fort

 

 

Category: Voyage en Colombie, Colombie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *