La Bachata : une danse latine originaire de la République Dominicaine

Spectacles cultures |

Rating: 5.0/5. From 1 vote.
Please wait...
(Last Updated On: 30/11/2018)

Aujourd’hui dansée à travers le monde, la bachata n’a pas toujours eu cette belle renommée. C’est une danse latine originaire de la République Dominicaine qui, comme le tango à Buenos Aires, a longtemps été dénigrée par les classes aisées. Comment est née cette danse et comment se mouvoir sur son rythme lancinant et sensuel ? Suivez le guide …

La Bachata, la musique des pauvres ?

Musique bachata

La Bachata est un rythme musical qui mélange les rythmes du boléro au son cubain, au tango et à certains rythmes africains. Il est apparu, vers les années 60 dans les quartiers pauvres de Santo Domingo. Certains disent qu’il existait déjà avant le 20e siècle, mais aucune trace ne prouve cette existence antérieure.

Au bout de plusieurs années d’existence, il n’est toujours pas sorti des quartiers défavorisés, car les classes aisées du pays le dénigraient, voyant en lui la musique du petit peuple y associant volontiers la pauvreté et la misère. A la place, ils préféraient écouter le genre musical en vogue à cette époque à savoir le Jazz américain.

Quoi qu’il en soit, les classes défavorisées et moyennes ne l’ont pas délaissé pour autant. Quelques musiciens baptisés les « bachateros » se sont même faits un nom grâce à ce rythme tels que :

  • José Manuel Caldéron : il figure parmi les premiers chanteurs de bachata dont la voix a été entendue dès 1962 avec des titres comme Condena ou encore Borracho de Amor
  • Rafael Encarnacion : ce dernier s’est fait connaître à partir d’octobre 1963, mais sa mort précoce en mars 1964 a mis fin à sa carrière pourtant prometteuse
  • Luis Segura : en 1964, ce chanteur fait connaître son premier single intitulé Cariñito de mi vida. La sortie de cette chanson a coïncidé avec l’ouverture de la Radio Guarachita qui a beaucoup contribué à faire connaître la bachata. Plus tard, Luis Segura a donné un nouveau souffle à la bachata avec sa chanson Pena por ti sortie en 1982. Grâce à ce morceau, il a réussi à séduire les classes aisées du pays

Avant eux, les chanteurs de bachata étaient peu connus, car ils n’avaient pour scènes que celles des fêtes populaires limitant ainsi leur succès. Ce n’est qu’après 1961, année où le dictateur Rafael Trujillo est mort, que le cercle très fermé de la bachata commença s’ouvrir un peu d’où les premiers enregistrements.

La Bachata après la dictature

La mort de Rafael Trujillo a mis fin à la dictature qui régnait à la République Dominicaine et a permis un développement, assez timide certes, mais développement quand même, de la bachata.

Les premiers bachateros ont commencé à se faire connaître et les enregistrements dans les studios furent enfin possibles, mais une chose demeure immuable : les thèmes abordés dans les chansons qui parlent des sentiments autour de l’amour comme la passion, la rupture douloureuse, l’amour impossible ou inaccessible semblant se référer aux différences de classes sociales, l’infidélité et parfois même une orientation un peu érotique. Les mélodies romantiques et lyriques restent également très présentes.

La bachata : des quartiers pauvres à la scène internationale

Une autre période phare de l’histoire de la République Dominicaine a boosté la bachata jusque sur la scène mondiale. Cela s’est déroulé entre les années 70 à 80 durant lesquelles :

  • le pays s’est ouvert au tourisme
  • les moyens de communication se sont améliorés
  • quelques compositeurs ont commencé à s’intéresser à ce genre musical

Dès lors, alors même que les classes aisées ne voulaient toujours pas la reconnaître, la bachata commença à se faire une petite réputation à l’internationale. Il faudra néanmoins attendre quelques années de plus pour qu’elle devienne une danse latine célèbre à l’échelle mondiale.

La bachata : d’un simple dérivé musical à une musique à part entière

bachata traditionnelle

Ce n’est qu’à partir des années 90 et 2000 que la bachata fait peau neuve notamment grâce aux nouveaux instruments intégrés dans sa pratique. Elle ne se joue plus uniquement avec des guitares, mais intègre des percussions et une basse. A partir de là, elle n’est plus vue comme un simple dérivé du boléro ou du son cubain, mais est considérée comme une musique à part entière.

De nouveaux artistes le propulsent encore plus vers le haut comme Luis Vargas, Frank Reyes, Anthony Santos, …

Depuis, la bachata est plus respectée dans son pays et même les riches Dominicains ont fini par l’adopter. Elle est même devenue l’emblème du pays perçue par les étrangers comme une danse exotique aux accents sensuels avec en cadre de fond, une plage paradisiaque de la République Dominicaine.

La « nueva bachata »

Après cette évolution et cette propulsion aux sommets, une nouvelle variante de la bachata dominicaine commence à entrer sur la scène. Elle est baptisée « nueva bachata » ou « bachata moderna ».

La différence avec l’ancienne version c’est que la bachata moderne a laissé le style mélodramatique pour être plus entraînante et peut-être, un tantinet plus sensuelle encore.

Les noms à mettre sur cette nouvelle forme : Aventura, Monchy y Alexandra, Romeo Santos ou encore Prince Royce. Des groupes qui n’ont plus de secret aussi bien pour les Dominicains que pour les amateurs de la danse en question.

La bachata : une musique, mais pas que … !

Qui dit chanson implique automatiquement une danse que l’on y associe. La bachata ne déroge pas à cette règle et d’ailleurs c’est la danse bachata qui est plus connue que la musique en elle-même.

C’est d’ailleurs à cause de la danse qu’elle a été longtemps dénigrée par les riches, car les gestuels étaient considérés comme trop sensuels, voire érotiques et donc déplacés. Sur ce point-là, ils n’ont pas totalement tort, car la bachata, comme bon nombre de danse latine, est effectivement sensuelle. Il faut souligner que la bachata moderne est plus sensuelle que la bachata dominicaine. C’est pour cela que l’ancienne version est plus réservée aux enfants tandis que la nouvelle version est plus réservée aux adultes.

Comment danser la bachata ?

Comment danser la bachata

Pour apprendre à danser la bachata, vous pouvez vous inscrire auprès d’une école de danse latine. Globalement, elle est une suite de quatre pas latéraux et de quatre pas frontaux agrémentés des tours 3 points. On distingue toutefois trois sortes de danse bachata à savoir :

  • la bachata dominicaine :

Elle propose un rythme plus rapide avec des demi-mesures et plusieurs jeux de jambes. C’est une version assez difficile à maîtriser, mais avec un bon professeur, vous arriverez facilement à réaliser vos transferts de hanche.

  • La bachata traditionnelle :

Cette version est apparue dans les années 80-90. Avec cette dernière, les pas sont plus simples et les box steps ont été remplacés par des pas de côté.

  • La bachata moderne :

Ici, les couples associent les pas de base de la bachata traditionnelle avec le styling de la salsa, du zouk-lambada, du tango, … On remarque également des mouvements de hanche et d’ondulation plus accentués d’où son caractère parfois érotique.

 

Tags:

Category: Spectacles cultures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *