Les animaux emblématiques du Pérou

 

Voyage au Pérou | Pérou

Les animaux emblématiques du Pérou

Au même titre que le Canyon de l’Urubamba et les vestiges incas, les animaux emblématiques de Pérou font la réputation de ce pays de l’Amérique latine. Les alpagas et les vigognes, tout comme le lama cachent une richesse culturelle unique qui n’attend que d’être découverte.*

Comment différencier les lamas des alpagas et des vigognes ? 

Camélidés sud-américains, le lama, l’alpaga et la vigogne sont souvent sujets à confusion.  De nombreux critères tel que la taille, la comestibilité, la qualité de leur fibre, etc. vous aideront à faire la différence entre ces mammifères péruviens. Après la lecture de cet article, vous arriverez à les reconnaitre distinctement.

Qu’en est-il de leur origine ?

Le lama est un animal domestique qui descend du Guanaco tandis que l’alpaga, également domestique, descend de la vigogne. Le guanaco et la vigogne demeurent à l’état sauvage. Toutefois, tous ces camélidés peuvent se croiser du fait d’une compatibilité génétique.

Lire aussi – Tout savoir sur la géographie du Pérou

Quels sont les caractéristiques qui leur sont propre ?

  • Débutons par le lama: un emblème du Pérou. Ce prestige remonte au temps des incas durant lequel l’animal avait joué un rôle important dans leur quotidien tant en donnant de la laine et de la viande qu’en aidant pour le déplacement des provisions. Des trois camélidés, c’est bien le plus résistant et le plus grand avec 1m90 de hauteur de la tête au sabot pour une masse de 130 à 200 kg. C’est pourquoi il est utilisé comme bête de somme, pouvant supporter 40 à 90 kg selon la durée du voyage en une journée. Par conséquent, on ne peut pas monter un lama, il ne supporterait pas la masse d’un être humain. A la naissance, il pèse au environ de 11,5 kg. Généralement sociable, il ne crache que lorsque qu’il se sent en réel danger. Rarement, il le fait sur l’Homme.  Intelligent, il saisit les ordres facilement et peuvent même servir à garder les alpagas parfois.
  • L’alpaga, quant à lui, est plus petit et plus courbé que le lama. Il mesure 1m50 de la tête au sabot pour 48 à 84 kg, pesant environ 7 kg à la naissance. Il est trop petit pour être bête de somme. L’alpaga est également moins sociable que lama, aussi, il est plus susceptible et plus sur le qui-vive. Lorsqu’il se sent en danger, non seulement il crache mais donne aussi des coups de pattes.
  • La vigogne est la plus petite en proportion et la plus élancée. Elle fait 1m30 pour 35 à 65 kg. A la naissance, elle fait environ 5 kg. Elle a une face fine, un cou long et musclé, un museau également fin et des oreilles longues et fines. Ses mouvements sont harmonieux. C’est la plus timide, ce qui la rend méfiante.

Comment différencier leur viande ?

La viande de vigogne ne se mange pas, ou du moins n’est pas connu dans le domaine de la cuisine. Le lama par contre a déjà connu du succès en gastronomie, étant riche en protéine mais surtout faible en graisse, il est prisé. L’alpaga, lui, a une viande  gouteuse et est aimée pour ses qualités nutritives.

Découvrez également – le Leche de tigre, une spécialité culinaire du Pérou

Qu’en est-il de leurs fibres ?

On élève généralement ces camélidés pour leur laine. Toutefois, ces trois camélidés n’en pas la même qualité de fibre.

  • Le lama est le moins touffu de tous. C’est pourquoi qu’il sert plus en étant bête de somme qu’en producteur naturel de fibre. Le pelage du lama n’a pas de couleur précis puisqu’il en existe 50 différents.
  • L’alpaga est principalement élevé pour sa laine (en plus de sa viande). Incontestablement, c’est celui dont les fibres sont les meilleures et plus abondantes. De ce fait, elles sont relativement chères, ce qui permet néanmoins de faire vivre des familles. Si vous voulez reconnaitre un alpaga, souvenez-vous qu’il a une grosse touffe. Sa laine est épaisse et en constante production, si bien que l’on peut obtenir environ 3,5 kg par tonte.

L’alpaga a trois catégories différentes de laine :

Alpaca freeze : ordinairement, les alpagas sont tondus chaque année. Cette catégorie de laine est celui qu’on obtient après cette tonte.

  • Baby Alpaca : c’est la laine obtenu après la première tonte de bébés alpaga. C’est une laine de très bonne qualité particulièrement douce, servant à la fabrication de vêtements fins
  • Royal Alpaca : une laine provenant du tri minutieux des baby alpaca dont on ne prend les meilleures. Cette spécificité ne la fait représenter qu’1% de la production mondiale.

Il y a également deux sortes d’alpaga qui donne deux sortes de fibres différentes :

  • Le wakayo : dont les fibres couvrant la totalité de son corps, hormis la tête et les pattes, sont denses et spongieuses.
  • Le Suri : dont les fibres tendus, soyeuses et longues atteignent environ 15 cm de long.

Les couleurs des alpagas se dégradent en nombreuses tonalités.

  • La vigogne, quant à elle, possède une laine extrêmement fine et d’une qualité si belle qu’elle est très prisé. Malheureusement, elle n’en produit que peu. La convoitise que l’on avait pour les vigognes a bien failli éteindre l’espèce. Néanmoins, grâce à une prise de conscience et une prise en main étendue sur des années, leur population s’est largement agrandie.

La vigogne a un pelage marron clair sur la totalité du corps sauf sur le portail, le ventre et l’intérieur des pattes qui sont de couleurs blanchâtres.

Si vous comptez aller à la rencontre de ces animaux emblématiques, il faut prévoir à l’avance le budget pour visiter le Pérou.

Category: Voyage au Pérou, Pérou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code