L’histoire du Chili

 

Chili

L’histoire du Chili

Sur la carte, c’est en Amérique du Sud, près du Pérou, de la Bolivie et de l’Argentine qu’on retrouve le Chili. Son territoire s’étend jusqu’à l’île de Pâques qui est à 3 000 kilomètres de Valparaiso. En tout le territoire chilien fait 756 102 km². Dans ce pays, on ressent l’affirmation de la culture européenne. Toutefois, pour des vacances en Chili, vous allez être un peu dépaysé : les Chiliens, par exemple, parlent l’espagnol chilien et certains utilisent des langues amérindiennes pour communiquer. Il a eu son indépendance en 1810, mais son histoire remonte à bien longtemps.

le Chili, en apprendre plus sur son histoire

Les origines des Chiliens et la colonisation espagnole

D’après les historiens, les hommes sont arrivés son l’actuel territoire du Chili au XIIIème millénaire avant Jésus Christ. Quelques millénaires plus tard, les changements climatiques les ont poussés à se déplacer et à se disperser. C’est là que sont nés les principaux groupes indigènes dont entre autres les Chagos, les Ayamaras, les Diaguitas et les Onas.

En 1520, pendant son voyage, Fernand de Magellan arrive sur la côte chilienne. Il baptise la région « Tchili » qui signifie « neige » en rappel d’un peuple indigène éponyme. Pendant son expédition entre 1535 et 1536, Diego de Almagro ne s’arrête pas sur la côte et un peu plus dans la terre pour rechercher un territoire réputé très riche. A cette époque, on ne peut pas vraiment parler de conquête, mais c’est en 1540 quand Pedro de Valdivia arrive dans la vallée de Copiapo que ce phénomène a vraiment eu lieu. Il ne se limite d’ailleurs pas à la vallée de Copiapo, mais il s’avance vers la vallée de l’Aconcagua. Le 12 Février 1541, il fonde la ville de Santiago et cette même année, il reçoit le titre de Premier gouverneur et capitaine général de la nouvelle Estrémadure.

Cette nomination lui fait pousser des ailes et Pedro de Valdivia poursuit la conquête et la fondation d’autres villes aux aires espagnoles. A la fin du XVIème siècle, les Espagnols prirent possession du territoire chilien jusqu’au fleuve de Biobio. La domination espagnole s’étend sur trois siècles et à ses débuts, c’était le vice-roi du Pérou qui s’occupait de ce territoire. Le Gouverneur du Chili y règne par la suite à la suite de la décision du roi d’Espagne en 1798. Pendant ces trois siècles, les populations indigènes, notamment les Mapuches et les Espagnols alternaient les périodes de guerre et les trêves. Malgré ces affrontements, le Chili a tout de même pu se développer économique et ce, grâce à la culture du blé.

Lire aussi – Partir à Copiapo au Chili pour les prochaines vacances

Pas à pas vers l’indépendance

Les mouvements en Espagne avec notamment l’invasion du pays par Napoléon en 1808 ont eu des répercussions au Chili. En 1810, le Chili connaît une autonomie, même si ce n’est que partielle, avec la formation d’une Première junte nationale. Le vice-roi du Pérou agit en envoyant ses troupes en 1814 pour une reconquête. Cette reconquête fut une réussite et conduit à l’exil de certains membres actifs de la junte nationale. Toutefois, ces exilés reviennent en force en 1817 pour affronter les troupes royalistes et sortent vainqueurs. Une année plus tard, plus précisément le 12 février 1818, O’Higgins déclare officiellement l’indépendance du Chili, mais les troupes royalistes ne quittent le sud du pays qu’en 1826.

A découvrir également – Vacances au Chili : visiter Vina del Mar

L'histoire du Chili

Les premières républiques à la suite de l’indépendance

Après cette indépendance tant recherchée, les premières républiques ne furent pas faciles pour le Chili. On rencontre d’ailleurs une grande désorganisation à la démission de Bernardo O’Higgins en 1823. C’est en 1833 qu’est installée la République Conservatrice avec la constitution qui donne le plein pouvoir au Président. Côté économique, le Chili poursuit dans une bonne lancée avec l’exportation du blé et la vente d’argent et de minerai. En 1861, on oublie la République Conservatrice pour laisser place à la République Libérale.

Les années qui suivent le Chili entre dans une guerre contre l’Espagne et dans la guerre du Pacifique qui l’affronte au Pérou, allié de la Bolivie. Pour ces deux affrontements, même s’ils se sont étalés sur quelques années, les soldats chiliens sortent victorieux et le pays étend jusqu’à l’île de Pâques. En 1891, le Chili connaît aussi une guerre civile. Le Congrès et la marine s’opposent au Président José Manuel Balmaceda soutenu par l’armée. Au bilan, à la fin de cette guerre en septembre, on a près de 10 000 morts et une République parlementaire s’installe. A la Première Guerre Mondiale, le Chili se met en retrait et reste neutre. Au début du XXème siècle, le pays fait face à différents mouvements sociaux et tout ceci conduit en septembre 1925 à une nouvelle Constitution et une République présidentielle.

Dossier – Faire du ski au Chili

L’installation de la démocratie au Chili

Quand la grande crise de 1929 éclate aux Etats-Unis, c’est Carlos Ibanez del Campo qui est aux commandes au Chili. Il ne peut éviter les répercussions et la situation politique devient instable avec les multiples coups d’Etat et les changements de présidents. Malgré ces difficultés, le pays se reprend en main en 1936 et se consacre plus au relancement de l’activité agricole. En 1938, Pedri Agguire est élu président et lors de la Seconde Guerre Mondiale, il déclare la neutralité de son pays. En 1943, quand Juan Antonio Rios devient président, il coupe les ponts avec les pays de l’Axe.

Après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le Chili, par son président Gabriel Gonzalez Videla, expulse les communistes de son gouvernement. Il va même jusqu’à mettre une loi de Défense de la démocratie qui interdit le Parti communiste dans son pays. Si jusque-là, l’économie chilienne se portait bien, mais la situation change en 1958 à l’arrivée à la présidence de Jorge Alessendri. La situation s’empire même avec le tremblement de terre du 22 mai 1960.

Ceci pourrait également vous intéresser – Puerto Varas, un écrin de la nature au Chili

remonter l'histoire du Chili

En 1970, Salvador Allende est élu président et essaie de créer une nouvelle société basée sur le socialisme à travers la démocratie. Les mesures qu’il a prises semblaient apporter des résultats positifs, mais il se fait rattraper par le mouvement des agriculteurs dont les terrains étaient confisqués dans le cadre de la réforme agraire. Trois années plus tard, un coup d’Etat se produit et Pinochet, Leigh, Mendoza et Merino partagent les pouvoirs de la commande du pays. Salvador Allende trouve même la mort, une mort bien mystérieuse. Un nouveau système avec un objectif d’extriper le cancer marxiste s’installe. En 1977, la situation ne passe pas inaperçu aux yeux des Nations Unies, mais le pays continue dans sa direction et un boom économique s’ensuit.

En 1988, le Chili entame un nouveau chemin vers la démocratie. L’année suivante, la Constitution est modifiée et en décembre de la même année, c’est un nouveau président qui est élu, Patricio Aylwin. Malgré les quelques difficultés que fait face le pays, l’économie semble mieux se porter. Entre 2000 et 2006, c’est Ricardo Lagos qui est élu président de la République du Chili. A cette période, une nouvelle tête arrive au Ministère de la Santé Michelle Bachelet. Elle passe ensuite au Ministère de la Défense nationale en 2002 pour être par la suite élue présidente en 2006. C’est elle d’ailleurs qui est la première femme d’Amérique latine élue au suffrage direct au titre de président de la République.

A lire également – Le Pastel de Choclo : un plat typique du Chili !

Category: Chili

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code