L’oca du Pérou: une plante pas comme les autres

 

Voyage au Pérou | |

L’oca du Pérou: une plante pas comme les autres
5/5 - (1 vote)

L’oca du Pérou, une plante exotique, qui nous fait voyager vers les plateaux andins où elle est cultivée pour ses petites tubercules un peu farineuses et au goût acidulé. Sphériques ou ovoïdes, avec une texture qui se rapproche de celle de la pomme de terre, ils se consomment cuits. Sa couleur jaune qui tire tantôt sur le rouge, tantôt sur le rose ajoute au plaisir de son goût qui empreint l’acidité des groseilles. Dans ce dossier, nous allons vous apprendre plus sur cette plante pas comme les autres.

tout savoir sur l'oca du pérou

Les caractéristiques de l’Oca du Pérou

Vous avez compris par son appellation qu’il vient du Pérou, mais en réalité, cette plante est originaire du Pérou et de la Bolivie. Elle fut introduite en Europe en 1829 lors la grande famine en Grande-Bretagne. Elle fut un excellent substitut à la pomme de terre dont la récolte a été détruite entre 1845 et 1849.  L’Oca du Pérou forme une bonne alternative alimentaire, mais il est à rendement faible.

On peut catégoriser l’Oca du Pérou parmi les plantes potagères et elle appartient au genre Oxalis. Elle a de longues tiges charnues et rameuses. A l’extrémité de celles-ci, on a des feuilles trifoliées qui sont plutôt épaisses. Sa période de floraison se situe pendant l’été et cette plante donne des fleurs avec cinq pétales à la couleur jaune strié de rouge. On compte plusieurs variétés d’Oca du Pérou et parmi celles-ci, il y a l’« Ekmakou » qui donne l’oca rouge carminisé avec des parties blanches, l’« Aika Kuru » qui donne l’oca avec des reflets et des stries rose-rouge et l’« Oka Negra » qui donne l’oca violet.

Lire aussi – Le lomo saltado, le steak péruvien

Les parties consommables de l’Oca du Pérou

L’Oca du Pérou donne des tubercules qui sont renflés et ovales. Ils sont bien épais et ressemblent à une grosse noix à cause de ses renflements. Leur couleur est variable en fonction de la variété de la plante. Elle peut être jaune, blanc, violet ou rouge, mais la plus courante est le rouge carmin. On récolte ces tubercules avant l’arrivée de l’hiver. On peut déjà y procéder à la mi-novembre quand le feuillage est touché par le gel. Il est par la suite possible de prolonger la récolte en fonction des besoins avant que les températures chutent vraiment.

en apprendre plus sur l'oca du pérou

Ce petit légume racine ne s’épluche pas et se consomme cuit à lq vapeur, à l’eau, sautés, frites ou au four, en salade ou pour accompagner la viande en sauce. En bouche, on a un goût similaire à celle de la pomme de terre, mais avec une note d’acidité. Pour diminuer son acidité, vous pouvez l’exposer au soleil et hors gel pour quelques jours, ce qui les rend plus sucrés. Si vous n’avez pas eu de temps pour cette exposition au soleil, il est conseillé de changer l’eau de cuisson pour ne pas trop ressentir cette acidité. A la dégustation, on peut aussi remarquer que les variétés blanches des racines de l’Oca du Pérou sont moins acides que les variétés rouges.

Pour ce qui est du stockage, il faut mettre les tubercules de l’Oca du Pérou sous une couche de sable sec dans un endroit à l’abri de l’humidité et du froid. Au Pérou, on les déssèche totalement comme on fait avec les pruneaux pour avoir un produit nommé localement le « Caui ». Si ce sont ses racines qui sont les plus consommées, ses jeunes feuilles sont également comestibles et se mangent comme l’oseille en salades ou en crudités. Il est à noter que l’Oca du Pérou n’est recommandée pour les personnes souffrant de la goutte. Faites également attention à la quantité que vous prenez pour ces feuilles, car elles contiennent une forte teneur en acide oxalique qui peut provoquer des calculs rénaux.

A découvrir également – Préparer du rocoto relleno

La culture de l’Oca du Pérou

La plantation est favorisée durant les mois d’avril et de mai sur un sol souple bien entretenu favorisant une meilleure tubérisation des tiges. L’Oca du Pérou se développera très bien dans les terres légères, bien aérées et riches. Leur emplacement doit également être exposé au soleil. Pour leur mise en terre, vous devez également respecter un espacement d’au moins 35 cm entre les pieds et d’au moins 60 cm entre les rangs pour faciliter le buttage. Enterrez les tubercules à environ 7 cm de profondeur.

Pour protéger cette petite plante fragile des agressions climatiques comme la gelée, on doit déposer les tubercules dans des trous profonds et espacés. N’oubliez pas non plus de les protéger du froid en hiver et même dès le début du mois d’octobre en installant un paillis ou un tunnel par exemple.

Dossier – Les plus belles plages du Pérou

quelle est cette plante l'oca du pérou

Il faut maintenir un arrosage régulier de l’Oca. Ayez recours au buttage pour prévenir les tiges de s’allonger sur le sol et garantir ainsi une meilleure récolte. Faites cette opération dès que les plants atteignent les 15 cm de hauteur. Il faut butter plus haut que pour la pomme de terre. Vous pouvez également procéder au bouturage entre mars et avril en plantant des germes avec un talon de tubercule que vous pourrez plus tard utiliser pour le repiquage.

La récolte s’effectue à partir du mois de novembre au fur et à mesure de vos besoins. Il faut tout simplement arracher les tubercules. Les tubercules peuvent aussi se conserver en cave sous une couche de sable légèrement humide. Avant cette étape de conservation, vous pouvez les exposer au soleil pendant une semaine pour qu’ils ne soient pas trop acides.

L’Oca du Pérou ne craint pas de maladies, ni de parasites en particulier, ce qui facilite leur culture. Leur seul obstacle à leur développement est l’ombre. Vous devez donc vous assurer qu’il ne soit pas à l’abri de l’ombre d’une autre plante. A proximité des pieds de ces plantes, vous pouvez cultiver d’autres plantes qui ne vont pas leur faire de l’ombre. Si vous avez un grand potager, il serait plus judicieux d’attendre au moins trois ans avant de remettre en terre un tubercule d’Oca du Pérou au même endroit.

Ceci pourrait également vous intéresser – Huascaran : ascension du plus haut sommet du Pérou

Tags: ,

Category: Voyage au Pérou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code