Milonga : l’ancêtre du tango

Publié le: 15-03-2019

Spectacles cultures |

(Mis à jour le: 15/03/2019)
Milonga : l’ancêtre du tango
5 (100%) 1 vote

Quand j’ai dit à mes hôtes, que ce soir, je voudrais bien revenir dans ce bar où on a dansé le tango, ils se sont moqués de moi sans trop savoir pourquoi. Ils me disent finalement que ce n’était pas du tango, mais de la milonga. Oui, il s’agirait d’un autre type de danse auquel j’ai pris part, mais dont j’ignorais l’existence jusqu’à ce matin-là. Voici ce qu’il en est …

L’histoire de la milonga

Milonga

Pourquoi l’ai-je pris pour du tango ? Parce que dans les faits, la milonga est l’un des pas les plus connus du tango, mais peu de gens le savent.

Attention toutefois, ce n’est pas le tango qui lui a donné naissance, mais c’est plutôt l’inverse. En effet, la milonga est l’ancêtre du tango ou « danse mère ». Elle est née dans les faubourgs de Buenos Aires vers le milieu du 19e siècle suite à la fusion de la habanera cubaine et du candomblé afro-argentin.

C’est donc une danse, ou un genre musical, originaire d’Argentine, mais elle se pratique également au Brésil (dans la culture gaucho et dans l’Etat du Rio Grande do Sul) et en Uruguay. Au fil des ans, elle a été scindée en deux variantes à savoir :

  • la « milonga pampas » qui est la forme originale née dans la pampa argentine
  • la « milonga ciudadana », une version urbaine qui n’est apparue qu’en 1931

Milonga, la musique

Comparée au tango, la milonga est plus rythmée et plus gaie. Il existe toutefois des genres plus lents pensés pour les débutants. En termes musicaux, il faut distinguer les trois genres suivants :

  • la milonga candombera
  • la milonga campera
  • la milonga porteña

Dans ce genre musical, il faut retenir des musiciens tels que Juan d’Arienzo, Anibl Troilo, Juan Carlos Caceres, …

Lorsqu’on écoute de la milonga, on peut entendre en arrière-plan, diverses influences telles que la polka, la mazurka ainsi que d’autres genres musicaux européens. Toutefois, si on devait le définir dans le jargon musical, on dira que la milonga se joue en « 2 fois 4 mesures ».

Le rythme de base met en valeur les temps 1,3,4 ou 1-34. On a d’abord un pam, pam pam pam suivi d’un très rapide avant 3 pam, papam pam pam. Ce rythme se rencontre dans tous les genres de milonga et toujours avec une influence plus ou moins marquée du candomblé.

Découvrez aussi :

La milonga, la danse

découvrez la Milonga

La milonga et le tango sont très proches, mais la première est plus rythmée, plus gaie, plus vive et plus alerte. Il existe différents styles comme la milonga lisa, la milonga rythmica, la milonga candomblé ou encore la milonga traspié.

Il s’agit d’une danse de couple avec des codes bien précis lorsqu’on se rend dans un bal, lieu où se danse la milonga. En Argentine, ce lieu est aussi appelé milonga donc ne vous étonnez pas si quelqu’un vous invite un soir dans une milonga, alias le lieu de bal. Pour en revenir aux codes, voici quelques principes généraux :

  • la piste est toujours en parquet, du moins dans les milongas traditionnelles et entourée de tables lesquelles ont été aménagées pour se faire face.
  • les habitués ont des tables habituelles donc si vous y allez sans être accompagné d’habitués, il faut attendre que l’on vous attribue une table.
  • même si vous venez avec un groupe mixte, la tradition veut que les hommes s’asseyent sur un côté et les femmes sur un autre de sorte à ce qu’ils puissent se faire face. Cet emplacement facilite le « cabeceo » qui se définit par l’invitation à distance par le biais d’un simple échange de regards et d’un acquiescement léger de la tête pour exprimer son consentement. Suite à cet accord tacite, les deux partenaires se rejoignent au milieu de la piste pour se lancer dans la danse. Il est très important de connaître cette règle du « cabeceo », car dans une milonga, s’approcher d’une femme pour l’inviter à danser ne se fait pas trop bien que les jeunes générations modernes commencent à le faire.
  • la danse se compose généralement d’une « tanda » c’est-à-dire un enchaînement de quatre morceaux. A la fin de ces morceaux, vient la « cortina », un petit intermède durant lequel l’homme et la femme rejoignent respectivement leurs places. Ils peuvent ensuite choisir d’autres partenaires toujours grâce au cabeceo.
  • en ce qui concerne les pas, on peut dire que la milonga s’improvise tout comme le tango traditionnel. En effet, ici on ne prévoit rien à l’avance, car les danseurs bougent au rythme de la musique en faisant en sorte d’accorder leurs pas. Comme dans toute danse de couple, l’un des partenaires dirige les enchaînements tandis que l’autre suit. Il faut donc éviter de trop penser, de connaître un peu les pas de bases et de se laisser emporter par la musique et son partenaire. En règle générale, c’est celui qui invite qui mène la danse.
  • il faut toujours soigner sa tenue. Quand on se rend dans un bal, il faut effectivement faire des efforts vestimentaires sinon vous n’arriverez pas à trouver un partenaire de toute la soirée. Je ne vous dis pas de vous mettre sur votre trente-et-un, sauf si vous êtes invité à une soirée milonga très chic, mais de porter un costume pour les hommes et une robe longue fendue ou une jupe fendue pour les femmes avec des talons hauts. Le problème c’est que le costume ne fait pas partie de nos essentiels de vacances lorsqu’on part en Amérique du Sud. Dans ce cas-là, portez seulement un pantalon et une chemise.
  • avant de vous rendre dans un bal, prenez une bonne douche, parfumez-vous légèrement, habillez-vous correctement et évitez les aliments qui peuvent vous donner une transpiration malodorante comme l’ail ou l’oignon. En effet, la milonga est une danse très rythmée qui fait suer. Il serait donc incommodant si au cours de la soirée, vous sentez l’ail ou l’oignon surtout qu’il s’agit d’une danse enlacée. Si possible, évitez aussi les fortes odeurs d’alcool, de bière ou de cigarettes.
  • au cours de la danse, même si on aimerait faire plus amples connaissance avec notre partenaire, il est interdit de discuter. Sur le moment, il faut penser à se concentrer sur le rythme, à écouter la musique pour ne pas faire de faux-pas. De plus, cela gênerait aussi les autres danseurs donc gardez les conversations pour la cortina ou après la soirée. Si vraiment vous devez dire quelque chose à votre partenaire, sortez de la piste pour ne pas gênez la circulation, car à la milonga, il y a aussi un code de la route à respecter
  • en règle générale, la circulation va dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, mais ce n’est pas systématique. Si vous ignorez quel sens emprunter, attendez que la première tanda se termine pour observer l’ambiance générale puis faites comme les autres. Dans une milonga, il faut éviter les accrochages surtout si la piste est comble. Il arrive toutefois qu’à un moment donné, on bouscule un peu les autres donc pensez à vous excuser immédiatement pour éviter les bagarres. Dans le cas où c’est votre première milonga, invitez une personne que vous connaissez déjà et restez un peu à l’écart des autres couples

Maintenant, à vous les soirées au rythme de la milonga !

 

Tags:

Category: Spectacles cultures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *