Top 10 des astuces pour vaincre efficacement le soroche ou le mal d’altitude ?

 

Voyage dans le monde | Voyage au Pérou | Actualité

Top 10 des astuces pour vaincre efficacement le soroche ou le mal d’altitude ?

astuces pour vaincre efficacement le soroche ou le mal d’altitude

Partir en randonnée, s’adonner au Trek… nombreuses sont les activités praticables en hauteur dès l’arrivée des temps de vacances ou durant une sortie en montagne. A la fois tentant et distrayant, les activités en haute altitude présentent des dangers auxquels il faut prendre précaution, le soroche ou mal d’altitude en fait partie. Pour profiter pleinement de votre villégiature, nous vous invitons à suivre ces conseils et à découvrir les astuces pour venir à bout du mal de montagne.

Qu’est-ce que le soroche ?

Le soroche est un phénomène subjectif que peut ressentir une personne se trouvant à une altitude assez élevée par rapport au sol. Ce terme a tiré son origine dans les Alpes, plus exactement au Pérou, et est également connu de tous sous le nom de mal aigu de montagne ou MAM. Ce syndrome est généralement lié à une montée en haute altitude de manière rapide. En effet, en une hauteur assez élevée allant de plus de 2000 mètres du sol, le taux d’oxygène contenu dans l’air est réduit. Le manque de cet élément nécessaire à la respiration peut être mal toléré par notre corps et provoque divers signes et malaises que l’on associe au vocable de « mal d’altitude » ou soroche.

Comment se présente le mal d’altitude ?

le mal d’altitude

En général, le mal aigu de montagne se manifeste dans les 4 à 12 heures après l’arrivée en haute altitude. Les cas les plus fréquents de ce syndrome sont les céphalées ou maux de tête. Cet état est une forme de soroche un peu plus simple et peut disparaitre à la redescente. À un stade plus avancé, la personne atteinte de mal d’altitude peut ressentir la nausée qui est susceptible d’être accompagnée par une approche de vomissements. À la suite de cela, il est aussi probable qu’une fatigue, un étourdissement et des difficultés à trouver le sommeil surviennent. Cependant, ces symptômes s’effacent quelques jours après, à condition de rester à la même altitude.
Des formes sévères de MAM peuvent également se montrer. En effet, une personne en haute altitude peut être exposée à un œdème cérébral entraînant une baisse de conscience de manière progressive. Cet état a aussi la possibilité d’être accompagné d’hallucinations, des pertes de mémoire ainsi qu’un comportement psychotique. Si la personne présentant ces cas n’est pas traitée rapidement et correctement, elle est susceptible d’être dans le coma voire mourir.
Par ailleurs, il est également possible qu’une personne sise sur une place ayant une altitude élevée souffre d’œdème pulmonaire. Pouvant être précédé d’une difficulté à respirer ou dyspnée, cette affection secondaire des poumons peut être fatale et requiert un traitement médical urgent.

Lire aussi – Vinicunca : découvrez la montagne colorée du Pérou

Qui peut ressentir le soroche ?

Personne n’est à l’abri du soroche, ce mal de montagne peut atteindre un voyageur sensible ou quelqu’un en très bonne forme. Il dépend souvent de la vitesse de la montée et de la condition physique générale de l’être chargé de gravir les montagnes ou les endroits à altitude élevée. Il n’est pas donc rare de rencontrer une personne ne pouvant pas supporter le fait de se trouver à une hauteur de plus de 2000 mètres et d’autres qui tolèrent même une altitude supérieure à ce seuil. Cependant, il est essentiel de noter qu’un nourrisson est plus sensible à un mal de montagne et est exposé au risque de ce syndrome même à un niveau en dessous de 2000 mètres d’altitude. Toutefois, il existe des gens qui ont développé une adaptation à une hauteur aussi élevée et sont à l’abri de ces signes, comme certains peuples des Andes, du Tibet et de l’Éthiopie.

Découvrez aussi : Cerro Aconcagua : Montagne la plus haute d’Amérique du sud

Les astuces pour combattre le mal aigu de montagne

Pour éviter le soroche, il faut privilégier certains gestes et habitudes afin de profiter au mieux le voyage et le paysage qu’offre les montagnes et les activités en altitude.

1) Consulter un médecin

Avant de s’adonner à une activité quelconque liée à la montagne et les endroits en hauteur, il est plus judicieux de consulter votre médecin pour voir et connaître si vous supportez l’altitude. Il pourrait être de grande aide pour vous conseiller et vous fournir des médicaments offrant la possibilité de bien profiter de votre voyage.

2) Bien choisir votre guide

Afin de garantir le bon déroulement de votre ascension, il est très important de bien choisir le guide qui va vous accompagner. Prenez le temps de vous renseigner auprès de l’agence d’avoir avec vous un coach compétent, en parfaite connaissance des réflexes et des gestes à adopter en cas de mal aigu de montagne. L’idéal c’est d’être escorté par une personne qui connaît les symptômes liés à ce syndrome.

Lire aussi – Guide Pérou, trekking pour découvrir les sites touristiques du Pérou

3) Munissez-vous d’analgésiques

Étant donné que le mal aigu de montagne peut disparaître avec certains médicaments, il est vivement conseillé d’apporter des médicaments de type analgésique tels que le paracétamol, l’aspirine ou l’ibuprofène. Ils sont utiles pour braver les maux de tête et peuvent être achetés sans avoir une prescription médicale.

4) Prenez le temps de vous reposer

Afin de pouvoir éviter le mal aigu de montagne, il est aussi important de prendre une ou deux journées de repos, une fois arrivée en altitude. Cette démarche offre à votre corps la possibilité de s’adapter et de s’acclimater aux environnements. Faire une petite sieste et prendre des pauses lors d’un trek ou d’une randonnée sont vivement recommandés.

Découvrez  également – Guide, les sites les plus spectaculaires des montagnes des Andes : en Amérique du sud

5) Hydratez-vous

Pour combattre les effets du soroche, il est également essentiel de bien vous hydrater avant et pendant votre voyage en altitude. Vous devez savoir qu’en altitude, votre corps fait une grande accumulation d’eau et ce phénomène peut induire à de forts maux de tête.

6) Adoptez des remèdes de nos grand-mères

Une fois de plus, nos grand-mères ont plus d’un tour dans leurs sacs afin de faciliter notre vie. Pour vous permettre de vous adapter aux changements d’environnement, elles proposent les feuilles de coca. Une infusion de feuille de coca agit contre les nausées, la fatigue et la douleur. Elle peut être achetée au supermarché ou au marché, certains hôtels proposent cette décoction.

7) Mettez dans votre trousse de menthe poivrée

La phytothérapie est aussi une méthode infaillible pour braver les effets du mal de montagne. Avant d’entamer votre ascension, prenez le temps de mettre un flacon de menthe poivrée dans votre trousse de toilette. Diluées dans une cuillérée d’eau ou de miel, deux gouttes de cette plante sont efficaces contre les céphalées et les vomissements. Une fois en hauteur, vous pouvez également inhaler ce mélange lorsque vous vous sentez mal à l’aise.

8) Ne vous fatiguez pas

La fatigue est un facteur majeur pouvant provoquer facilement le mal aigu de montagne. Pour l’éviter, vous devez faire attention à l’activité physique que vous entreprenez surtout durant les premiers jours.

9) Mangez sainement

Une consommation d’aliments et de boissons sains et équilibrés est source de bannissement du soroche. Une bonne alimentation facilite la digestion et vous évite les désagréables moments de ballonnements et d’indigestions souvent origines des nausées et vomissements. Évitez également de boire de l’alcool afin de prévenir le mal fonctionnement de l’organisme.

10) Rangez un Diamox dans votre trousse de toilette

Le Diamox ou Acétazolamide est une pilule élaborée pour contrer le soroche. Diurétique, il élimine les ions bicarbonates responsables du mal aigu de montagne. Cependant, son utilisation est indiquée à des cas bien précis. Il est donc important de consulter l’avis d’un médecin avant de prendre ce médicament.

Category: Voyage dans le monde, Voyage au Pérou, Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code