Carnaval de Rio : l’école Beija-Flor remporte la première place du défilé

Publié le: 19-02-2018

Actualité Brésil | Actualité | | |

(Mis à jour le: 19/01/2019)
Carnaval de Rio : l’école Beija-Flor remporte la première place du défilé
5 (100%) 1 vote

Quand Lula était au pouvoir, c’est-à-dire de 2002 à 2010, les Brésiliens ne ressentaient pas trop la pauvreté ou la corruption. Leur pays était d’ailleurs, à cette période, prospère. Après lui, Dilma Rousseff est entrée au pouvoir et c’est là que les choses se sont corsées. Le Brésil est entré dans une crise importante, les scandales de corruption sont tombés en cascade, la présidente a fini par être destituée et face à tout cela, les habitants ont braqué leur attention sur la politique. Une politique qui a été grandement critiquée par les écoles de samba durant le Carnaval. Petit tour d’horizon sur ce qui s’est passé au sambodrome …

Carnaval de Rio

Le défilé des écoles de samba

Cette année, elles ont été 13 à défiler au sambodrome de Rio de Janeiro alors que normalement, il n’y en aurait dû y avoir que 12. La cause : une école a été disqualifiée l’an dernier suite à un accident de char.

Chaque année, chaque école doit dévoiler un char hautement décoré accompagné d’une chorégraphie endiablée sur une musique bien rythmée. Les préparatifs à ce défilé durent parfois pendant un an entier et quand vient le jour J, leur prestation passe au crible des juges censés analyser chaque détail de ce qu’ils proposent. Parmi les critères de notation, on cite également le thème choisi par chaque école et sa pertinence lorsque la mise en scène est dévoilée au grand public.

Vous l’aurez donc compris, pour les écoles, le Carnaval c’est plus qu’un loisir, car la compétition est prise très au sérieux.

Carnaval de Rio

Beija-Flor a remporté la compétition

Une fois toutes les écoles passées, les juges ont délibéré et Beija-Flor est l’heureuse gagnante du titre pour cette année 2018. La compétition a surtout été rude entre elle et Paraiso do Tuiuti qu’elle a finalement coiffé au poteau.

Les deux écoles ont cependant eu un point en commun : elles ont choisi de se focaliser sur un thème attaquant directement la politique et les personnalités politiques.

Alors que Beija-Flor a dénoncé la corruption et la violence qui règnent au Brésil, Paraiso do Tuiuti a directement ciblé le président conservateur Temer représenté par un vampire trônant sur un sac rempli d’argent. Le thème de l’esclavage a également été représenté.

Pour les spectateurs et les juges, les écoles ont choisi des thèmes très évocateurs et remplissent ainsi leur rôle social.

En ce qui concerne le défilé de Beija-Flor, sa prestation a été couronnée de succès tant la mise en scène a été évocatrice avec les fusillades, les prises d’otages, les braquages, le corps d’un enfant tué par balle sans oublier des personnages aux poches remplies de billets.

Tags: , ,

Category: Actualité Brésil, Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *