Chaco : Découvrez la vallée du Chaco, un paradis sur terre au Paraguay

Publié le: 15-02-2012

Voyage au Paraguay |

(Mis à jour le: 28/10/2018)
Chaco : Découvrez la vallée du Chaco, un paradis sur terre au Paraguay
Evamuer cet article

La vallée de Chaco

Le Chaco est une région située au Paraguay qui présente l’une des biodiversités les plus riches au monde. Elle est considérée comme une zone naturelle plus importante même de l’Amazonie. Cependant cet endroit vit depuis quelques temps une dégradation naturelle.

Chaco du Paraguay

chaco-paraguay

 

Géographie du Chaco

La vallée du Chaco du Paraguay est l’endroit le plus sauvage qui reste de l’Amérique du sud. Une grande forêt dense d’épineux dont la plupart des zones n’ont été explorées que par les tribus Amérindiennes comme les autochtones, les Ayoreos. Elle s’étend sur une superficie d’1 millier de kilomètres vers le nord et l’ouest.

Chaco est une région naturelle qui connues pour ses étranges créatures telles que les fourmiliers géants, les tapirs, les loups à crinière, les rheas qui sont des oiseaux coureurs géants, les espèces de tatous. Elle est composée également d’une flore très mystérieuse et sauvage comme les fourrés d’épineux épais et dissuasifs, les cactus géants et les arbres en forme de bouteille. Ces arbres sont fameux pour leur capacité de sauvegarder et stocker l’humidité.

Ces espèces inconnues et spécifiques à cette région du Paraguay font de Chaco un écosystème unique. Cependant ces richesses demeurent inexplorées et méconnues pour les scientifiques et même à un grand nombre des Paraguayens.

Chaco

chaco

Le Chaco a un climat qui varie de l’extrême à l’extrême avec des températures qui peuvent atteindre les 50 °C en été et le 0 °C l’hiver. Ce climat peu favorable pour les hommes a permet de préserver cette région du monde moderne.

Cependant, il parait qu’actuellement, la plaine du Chaco est l’objet d’une bataille entre les scientifiques et les chercheurs, les propriétaires terriens qui veulent en faire des zones de culture et les habitants originaires des autochtones qui veulent sauver leur culture.

Destruction du Chaco

L’organisation locale Guyra Paraguay, témoigne depuis quelques temps de la destruction du lieu. Sa partenaire britannique World Land Trust a commencé à acheter des terres dans une tentative de protection de la région.

La déforestation de la forêt du Chaco ne peut être qualifiée que d’une perte irremplaçable. Cette vallée est unique et un paradis sur terre. Même en comparaison avec les régions de l’arc pléistocène, et de l’Amazonie.

C’est un endroit qui rassemble une grande quantité d’organismes très anciens et des espèces xéromorphes, qui se sont adaptées pour retenir l’humidité pendant les longues sécheresses et les fortes chaleurs. Toby Pennington, un chercheur du Royal Botanic Garden d’Edimbourg, à désigné la plaine du Chaco de “musée de la diversité”. Chaco l’origine de diversité naturelle en Amérique du sud.

Des scientifiques ont tendance à croire que la biodiversité extraordinaire de l’ensemble de l’Amérique du Sud est due à la région du Chaco. En effet, durant l’ère glaciaire, cette zone est resté sèche et ses espèces se sont proliféré,=et ont envahi les régions tropicales éloignées. Et dans le futur, elle pourrait avoir le même rôle. La planète vit actuellement un épisode climatique extrême qui pourrait ressembler à l’ère glaciale, d’où Chaco, pourrait jouer le rôle de conservatoire naturelle. Sa destruction ne peut être que fatale sur l’humanité entière.

“Sans y prendre garde, nous perdrions non seulement une flore spécifique du point de vue de l’évolution, mais une ressource vitale pour tous les autres écosystèmes”, a ajouté Toby Pennington avec une aire triste.

Les étapes de la destruction ont déjà commencé, actuellement on voit des terres d’agricultures, surtout en Argentine qui ont grignoté des terres du Chaco. Les écosystèmes du Chaco étaient 5 fois la superficie du Royaume Unis avec 1,3 million de km2 et arrive jusqu’en Bolivie, au Brésil et en Argentine.

Elevage à Chaco

landscape-79083_640

L’endroit qui est encore intouchable, est le centre de la zone, le lieu le plus dense et le plus chaud. Mais actuellement, le cœur du Chaco se fond et se partage. Un survol de la région montre l’accélération de la déforestation avec des terres préparées pour les cultures et des pavées, le taux de destruction a atteint 10 kilomètres carrés par jour.

Le gouvernement paraguayen joue un rôle dans cette destruction. Il veutse présenter sur l’échelle internationale en agriculture, il s’est tourné alors vers cette région. En effet, lors de cette dernière dizaine d’année, les exportations de bœuf ont augmenté par 3 fois et le cheptel du Chaco est passé de 2,4 millions à 3,9 millions de bêtes.

En 2008, un recensement a montré qu’environ 6 millions d’hectares avaient déjà été convertis en pâturages et la destruction de la forêt continue et s’accélère. La situation du Chaco dépasse celle de l’Amazonie puisqu’en 2004 et grâce à un effort des autorités brésiliennes, le taux de déforestation de l’Amazonie a baisséde 70 %. Mais au Cahco, la déforestation s’accélère et le gouvernement paraguayen ne semble pas prêt à faire des contrôles sur cette destruction. Tout au contraire, il accepte toutes sortes de propositions de défrichage, mais exige des propriétaires terriens de préserver  l’un quart des arbres c’est-à-dire de 60 à 80 arbres par hectare. En vue de contrôles faibles, la plupart ne le font pas !

Benno Glauser, un membre du groupe autochtone Iniciativa Amotocodie, a écrit récemment au musée d’Histoire naturelle de Londres que l’expédition  constituait “indubitablement un risque extrêmement élevé pour l’intégrité, la sécurité et le droit à la vie et à l’autodétermination des groupes ayoreos isolés, de même que pour l’intégrité et la stabilité de leurs territoires. Nous ne comprenons pas pourquoi vous êtes prêts à sacrifier des vies humaines juste parce que des scientifiques anglais veulent étudier des plantes et des animaux. C’est un génocide.”

De même, l’organisation qui protège les peuples indigènes, Survival, a annoncé que “Le contact avec des groupes isolés est invariablement violent, parfois fatal et toujours désastreux. Franchement, l’expédition détourne  l’attention de la menace, autrement plus sérieuse, de la ldéforestation galopante.”

Cette perte de la région nuit énormément aux Ayoreos, puisque sans forêt, ils sont condamnés.

Tags:

Category: Voyage au Paraguay

Comments (3)

  1. Samantha dit :

    Chaco
    N’y a-t-il pas une autre façon de se développer que de détruire la nature??…c’est très grave!
    Un lieu comme Chaco aurait du devenir un réservoir naturel interdit.

  2. Manu dit :

    C’est magnifique vraiment!!!
    Cette diversité naturelle qu’on ne trouve qu’en Amérique du sud est du certainement au fait qu’elle ait resté longtemps oublié…sinon pourquoi on ne trouve pas cette nature éblouissante ailleurs?!

  3. Jean dit :

    Magnifique
    C’est la première fois que j’entends parler de cette région.
    L’Amérique du sud n’arrêtera jamais de nous surprendre!
    Il faut que la population prend soin de ces trésors et ne pas les détruire…ce sera dommage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *