Parc national de Torotoro : Découvrez le parc de Torotoro en Bolivie

Voyage en Bolivie | Bolivie | | |

Rating: 4.5/5. From 2 votes.
Please wait...
(Dernière mise à jour : 02/08/2018)

Situé dans le département de Potosi, à 140 km de la ville de Cochabamba, le parc national de Torotoro est un site incontournable de la Bolivie. Il a été créé en 1989 mû par la volonté de préserver la race du Paraba Frente Roja, une espèce d’Ara doté d’un front rouge. Le parc s’étend sur 165 km² et trône entre 1 900 à 4 000 m d’altitude.

Que propose le site ?

Inclut sur le territoire occidental de la Cordillère des Andes et donc situé sur les vallées centrales, le parc de Torotoro doit son nom au terme quechua « thuru thuru » signifiant boue. Ce nom a été inspiré des traces laissées par des dinosaures sur la terre humide du site. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est considéré comme un site paléontologique majeur.

Bienvenu au Parc National Torotoro en Bolivie

A part ces traces, il abrite également des canyons, des chutes d’eau, des vallées et diverses formations géologiques originales.

A lire également : Guide Bolivie, que voir en Bolivie ?

Sa faune et sa flore

De nos jours, le parc abrite :

  • Plus de 600 espèces de plantes
  • Environ 330 espèces de fleurs
  • Près de 49 espèces d’animaux dont le chat andin, le puma, le lorita tordo qui est endémique à la région et bien sûr, l’Ara au front rouge

Les principaux intérêts du parc

Découvrez le parc Torotoro en Bolivie

Le parc national de Torotoro abrite de nombreux sites naturels et patrimoines qui valent le détour. On peut notamment citer :

  • Le village de Torotoro :

Ce dernier a été créé vers la fin de l’époque coloniale par des migrants métis de Cochabamba. Le village trône à une altitude de 2 700 m, au creux d’une vallée. Il est entouré de montagnes dont les sommets culminent parfois jusqu’à 4 000 m de hauteur. C’est de là que partent toutes les excursions réalisées dans la région. Le village compte d’ailleurs quelques hôtels et un bureau des guides du Parc.

Dès que vous sortirez du village, vous découvrirez les Carreras Pampa, une vaste plaine d’argile aujourd’hui encore couverte d’empreintes de dinosaures. Il faut savoir qu’autrefois, Torotoro était une région côtière couverte par une mer peu profonde. Les dinosaures avaient l’habitude de passer par là durant leurs migrations à l’époque du Crétacé Supérieur. Leurs empreintes ont alors marqué le sol boueux et se sont, par la suite, solidifiées en argilite. Grâce aux sédiments de la mer et ses marées, les empreintes ont été bien conservées. Elles ont ensuite été soulevées par des poussées tectoniques ce qui explique pourquoi certaines traces semblent être poussées vers le haut.

A part les fossiles et les traces de dinosaure, le village de Torotoro est aussi le lieu idéal pour découvrir la culture des autochtones. Pour ce faire, la meilleure période pour y aller coïncide avec la fête du village qui se déroule, chaque année, aux alentours du 24 juillet. Cet évènement se tient pendant trois jours et est organisé pour rendre hommage à Tata Santiago. Les festivités, généralement, religieuses, se composent de spectacles de chants et de danses. C’est une occasion rêvée pour partir à la rencontre des coutumes locales et de déguster aux spécialités culinaires de la région.

En savoir plus sur les divinités de la Bolivie

Découvrez le parc de Torotoro en Bolivie

  • Le Siete Vueltas :

Le fameux site des « Sept tournants » se trouve à environ une heure de marche à l’ouest du village de Torotoro. Il représente l’un des plus importants sites de fossiles de la Bolivie. La zone abrite, aujourd’hui encore, des Céphalopodes, des Brachiopodes, des Crimonides et d’autres fossiles fixés dans les roches. Avant de grimper sur ses hauteurs, vous découvrirez également des fossiles de dents de poissons ainsi que de tortue à Wiliu.

  • Le Cementeiro de Tortugas :

Situé à 3, 5 km du village, le Cimenteiro de Tortugas ou « cimetières des tortues » s’étend sur une superficie de 7 ha. Le site abrite de belles formations rocheuses de couleur rouge, des fossiles de tortues, de poissons et de crocodiles. Selon les études, ces dernières datent du Crétacé Supérieur. On pense qu’à cette époque, le site était occupé par un lac marécageux ou un lit de mer à eaux basses et à plages sableuses.

  • Le canyon de Torotoro et El Vergel :

Le canyon de Torotoro fait plus de 250 m de profondeur. Il est possible de le descendre pour atteindre les fameuses chutes d’El Vergel. Ce dernier se compose également de bassins naturels et d’une nature tropicale luxuriante. C’est une petite oasis de plaisir où on aime se reposer après la descente du canyon.

  • Les vagues rocheuses :

Découvrez le Parc National de Torotoro en Bolivie

Au bout d’une heure de marche du village, on se retrouve sur un point de vue qui donne sur des sortes de vagues montagneuses. Ces dernières ont été façonnées par la mer il y a de cela, des millions d’années. Ce site est souvent le plus représentatif de la région lorsqu’on la représente sur une carte postale.

  • La caverne d’Umajalanta :

Situé à 10 km à l’ouest de Torotoro, les spéléologues seront ravis de visiter cette caverne. Pour la découvrir, il faut compter environ deux heures de temps. Il s’agit de la grotte la plus profonde de la Bolivie et au fur et à mesure que vous pénétrerez dans la grotte, stalagmites et stalactites vous attendront. Même si la caverne est profonde de 7 km, seuls les 1,5 km peuvent être parcourus. A part les formations rocheuses, la caverne abrite également une rivière souterraine où les habitants pêchent leurs fameux poissons aveugles.

  • La Ciudad de Itas :

Trônant à environ 4 000 m d’altitude et à environ 21 km du village, la Ciudad de Itas ou ville de pierres est un labyrinthe composé d’énormes blocs de roches affichant plus de 20 m de hauteur. Elle abrite diverses cavernes parfois bien cachées ainsi que les peintures rupestres de Batea Cocha qui témoignent de la présence humaine dès l’époque pré-colombienne.

  • La Pachamama Wasi :

Il s’agit d’un musée dont le nom signifie « Maison de la Terre Mère ». Il a été créé par un habitant du village qui l’a instauré dans sa propre demeure. Ce dernier a composé, au fil des ans, une impressionnante collection de fossiles qu’il a ramassés  pendant près de 22 ans dans le parc. Cet homme passionné par sa région, vous fera découvrir son histoire.

  • Les ruines de Llama Chaki :

Ce sont des ruines incas qui se situent au nord-est de Torotoro. Elles ne sont accessibles qu’à pied donc il vous faudra parcourir un circuit de 19 km. Sur place, vous découvrirez la grande muraille qui entoure encore toute la crête ainsi que des fondations de forme carrée et ronde de différentes tailles. Certains disent qu’il s’agirait d’un fort rattaché au fort d’Incallajta.

Informations pratiques 

Découvrez le Parc National Torotoro en Bolivie

Avant d’y aller, il convient de savoir que :

  • Le parc bénéficie d’un climat tempéré assez stable tout au long de l’année et ce, grâce à sa promiscuité avec « el valle de la eterna primavera » signifiant vallée de l’éternel printemps, un qualificatif utilisé pour parler de Cochabamba. Les températures varient entre 10°C en hiver et 30°C en été. Ces dernières sont également influencées par l’altitude donc on peut noter quelques variations en gagnant en hauteur
  • La population du parc parle surtout le quechua et est d’origine Charcas. Quelques habitants issus de Cochabamba et parlant le aymara se sont ensuite mêlés à eux. La population actuelle vit surtout de l’agriculture et du tourisme
  • Les festivités : le village de Torotoro est en fête, tous les ans, à partir du 24 juillet. Les festivités durent trois jours en l’honneur de Tata Santiago, une divinité locale. Pour les touristes, c’est une occasion unique pour découvrir leurs traditions et leur danse
  • Côté gastronomie : les principaux plats locaux sont le Cuy qui désigne le cochon d’Inde cuit à la broche, le Jaka lawa qui désigne du maïs moulu servi avec des morceaux de viande de porc et du fromage frais, le Pichon qui désigne du pigeon que l’on fait bouillir puis braiser et enfin, le Silpancho qui est un plat à base de viande panée, d’œuf frit, de salade d’oignons, de tomates et de llajua, une variété de piment
  • Comment s’y rendre ? Le mieux c’est de partir de Cochabamba. De là, vous découvrirez les villages de la vallée du Rio Caine avant d’atteindre le village de Torotoro. Des bus desservent la région. En savoir plus sur les transports en Bolivie

Découvrez la Bolivie de A à Z

 

Tags: , ,

Category: Voyage en Bolivie, Bolivie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *