Equateur, une nouvelle mine d’or au milieu de la forêt amazonienne

 

Actualité | |

Une mine d’or au sein de la forêt amazonienne à l’Equateur

Le président équatorien Rafael Correa a donné à Kinross, la société minière canadienne  l’autorisation d’exploiter une mine d’or via sa filiale SA Aurélian Ecuador. Les habitants de ces régions se sont montrés contre cette décision mais la présidence a fait la sourde oreille. Rappelons que les autorités équatoriennes ont auparavant annoncé qu’ils arrêteront l’exploitation d’une partie de ses gisements pétroliers au nom de la protection de la biodiversité. Alors pourquoi autoriser cette exploitation des mines d’or ?

Le potentiel de la mine Fruta del Norte, annoncé par Kinross est de 6,4 millions d’onces d’or, soit près de 200 000 kilos. La compagnie canadienne nie qu’elle aurait utilisé des substances polluantes.

La mine d’or  en Equateur

mine-or-equateur

Cependant, l’exploitation des mines en Amérique du Sud, qui est
contrôlé  de très près par l’organisation mondiale de protection de
l’environnement WWF, a une réputation de non respect des standards
écologiques mondiaux.

En effet, on utilise habituellement du mercure lors du processus
d’extraction. Une substance directement rejeté dans la nature. De plus
la déforestation est le plus grand menace pour la biodiversité puisque
cette mine est au cœur de la forêt amazonienne, au sud du pays, une zone
peu peuplée de la Cordillera del Condor, à 400 kilomètres de Quito.


Wilson Pastor
, le ministre des Ressources naturelles non-renouvelables, a
annoncé la création de 5 000 emplois dans le bassin minier suite à
cette exploitation qui fera dégager 5 à 8 % de taxes ainsi des 820
millions d’euros
d’investissements que l’entreprise canadienne envisage
d’investir dans le pays.

Touts ces justifications n’ont pas l’air de convaincre les habitants de
cette région  qi estiment qu’ils doivent être consulté avant d’accepter
un tel projet, selon ce que prévoit la Constitution. Les autorités
locales, tel que Salvador Quishpe, le gouverneur de la province de
Zamora Chinchipe, même s’il ne s’oppose pas formellement à un tel
projet, il a réclamé aux autorités de définir les zones sensibles.

Il est vrai que l’extraction de l’or est traditionnelle en Equateur mais
la mine de Fruta del Norte est le premier projet de telle ampleur dans
le pays.

On doit cependant noter que la forêt amazonienne perte déjà 1915
hectares  en moyenne chaque année ce qui commence à menacer plusieurs
parcs nationaux.

Le contrat sera signé d’ici la fin du mois selon le gouvernement équatorien et les travaux sur le site commenceront en 2014.

On compte énormément sur les riverains pour ne pas lâcher prise.

Tags: ,

Category: Actualité

Comments (1)

  1. France007 dit :

    Qu’est ce qu’ils pourront faire les habitants de cette zone?? J’espère que cela n’affectera pas la forêt!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *