Hugo Chavez : une carrière militaire riche

 

Actualité Vénézuela |

Avec une grande carrière militaire derrière lui, Hugo Chavez est le président du Venezuela depuis 1999, soit 13 années de mandat.  Est-ce la volonté du peuple qui voit en lui un digne représentant du Venezuela ou bien une mise en scène et une machination pour demeurer à la tête du pouvoir?

Il a succédé à des noms comme Caldera à la tête d’un pays où la situation politique est souvent instable. Bien lourde responsabilité quand on sait que le nom de Rafael Caldera rappelle la répression de la gauche lors des années 60’ et 70’. Les choses ne changèrent pas pour autant et on assiste à la domination d’un parti politique unique, à savoir, celui auquel appartient le président.

 

 

Hugo Chavez

 

C’est le 52ème président de la République bolivarienne (nomination
instituée en hommage à Simon Bolivar, le libérateur de plusieurs
territoires de l’Amérique du sud contre l’oppresseur colonial espagnol)
du Venezuela.   Le qualificatif de république est à méditer puisque les
agissements d’Hugo Chavez s’opposent aux principes fondamentaux de toute
république : le peuple est opprimé, la liberté d’expression est presque
inexistante et le pouvoir politique est monopolisé autour d’une seule
entité. Pire, il adopte une politique d’anti-américanisme qui exclue la
plus grande puissance mondiale. Ce qui est un faux pas conséquent dont
l’économie et le développement social vénézuélien subissent les
séquelles.

 Lorsqu’il remporte à nouveau les élections de 2004,
c’est, sans grande surprise, son parti politique qui a la majorité des
sièges dans l’assemblé constituante. 

Mais, un détail est à
relever : le taux d’électeurs qui se sont abstenus de voter est un
chiffre alarmant, il s’agit de plus de 6 millions de citoyens qui ont
refusé d’aller donner leurs voix lors de ses élections, alors que le
nombre des votants en faveur de Chavez ne dépassait pas les 3.5
millions. Serait-ce le feu de la révolte qui s’embrase tout doucement ?
Va-t-on parler d’un printemps sud-américain dans les années à venir?

Plusieurs
de ses décisions déclenchent la colère et le mépris des vénézuéliens
qui à plus d’une occasion ont manifesté leur opposition à la politique
de Chavez.  Ce fut notamment le cas lorsqu’entre 2007et 2009 plus de 35
radios et chaînes de télévisions avaient été fermé. Des manifestations
contre une telle agression envers la liberté des médias et le droit à la
liberté d’expression avaient eu lieu dans les rues affichant des
banderoles qui critiquaient ouvertement la politique répressive et
intolérante du chef d’Etat ; ainsi que le slogan « réveillez-vous, c’est
une dictature ».  

Le Sénat américain et d’autres institutions
de droits de l’homme avaient manifesté leur mécontentement face à une
telle décision injustifiée de la part du président Chavez mais il n’y a
pas eu plus d’agissements sérieux et actifs dans ce sens.

Aujourdhui , aprés la mort du Hugo Chavez Quel avenir aura ce pays ? 

Tags:

Category: Actualité Vénézuela

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *