Inquiétude dans la filière bananière : la maladie de Panama est de retour

 

Colombie | Actualité

La maladie de Panama ou jaunisse fusarienne est une grave maladie qui touche les bananes. Elle se présente sous la forme d’un champignon très résistant et même si la banane reste comestible même avec ce champignon, il réduit considérablement la production.

800px-Bananas_white_background

Rappelons que cette maladie a déjà entraîné d’énormes pertes économiques par le passé, à raison de 2 milliards de dollars dans les années 50 et 400 millions de dollars en 1992. Avec son retour fracassant, on craint alors une nouvelle crise dans la filière bananière surtout qu’elle a déjà envahi l’Asie, l’Afrique et le Moyen-Orient. La plus grande inquiétude est alors que la maladie n’arrive jusqu’en Amérique Latine, car l’Equateur et la Colombie sont aujourd’hui les plus importants producteurs de bananes à travers le monde.

La crainte est d’autant plus grande que les bananes n’arrêtent de circuler à travers le monde et que même les humains peuvent porter la souche sur leurs vêtements ou leurs chaussures. C’est pour cela que les autorités ne se posent plus la question sur sa possible venue, mais quant à sa date d’arrivée au pays.

Le phénomène a donc pris des proportions gigantesques qu’il est aujourd’hui impossible de l’arrêter. Tout ce qu’on peut faire maintenant, selon la FAO est d’essayer de se rattraper avec des mesures de propagation comme inspecter les voyageurs qui viennent des zones touchées par la maladie, renforcer les contrôles gouvernementaux, sensibiliser et former les populations, augmenter l’efficacité des moyens de diagnostics et renforcer les règles d’hygiène.

200px-FAO_logo.svg

Cette dernière mesure devra particulièrement s’adresser aux producteurs et en ce sens, ils sont invités à se laver les pieds, les bottes et les véhicules de transport des bananes que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de la plantation.

Gert Kema, directeur du programme de recherche sur la banane soutient quant à lui que seule la quarantaine pourrait éviter la propagation de la jaunisse fusarienne, mais comment peut-on faire sans craindre une énorme perte financière mondiale. L’étude qu’il mène avec son équipe est notamment dirigée par l’Université de Wageningen aux Pays-Bas. Mr. Kema est également le responsable du site panamadisease.org.

Quoi qu’il en soit, les scientifiques prévoient bientôt de nombreuses réunions pour essayer de trouver une solution à ce problème. Elles auront notamment lieu en Afrique du Sud, au Kenya et à la Trinité-et-Tobago.

Il faut souligner que malgré toutes les recherches menées jusqu’ici, aucun remède n’a encore été trouvé pour éradiquer totalement la maladie de Panama. Toutefois, une nouvelle espèce de bananes qui résiste à ce type de maladie a déjà été créée, mais le problème c’est qu’elle aurait le goût de la pomme. Le prototype n’étant pas encore au point, d’autres recherches doivent être menées pour avoir un meilleur résultat. La nouvelle banane au goût de pomme ainsi créée est appelée Goldfinger.

Elle sera donc plus imperméable au champignon par rapport à la banane Cavendish qui est surtout infectée à l’heure actuelle par la souche TR4. L’espèce Cavendish est aujourd’hui la plus commercialisée à travers le monde (environ 47 % de la production mondiale) et le reste se compose d’autres types. Dans leur ensemble, on produit chaque année 130 millions de tonnes de bananes et les 17 millions d’entre elles circulent à travers le monde.

Ce marché se chiffre à quelques 7 milliards de dollars par an à l’échelle internationale avec les USA et l’Europe comme principaux consommateurs. Ces derniers se ravitaillent surtout en Amérique-Latine d’où l’inquiétude actuelle.

Enfin, il convient de dire que la filière bananière, en tant que quatrième culture alimentaire mondiale dans les pays sous-développés, est importante pour l’économie de ces pays donc l’apparition de la jaunisse fusarienne ne présage rien de bon pour leur avenir.

Espérons seulement que les mesures prises et les résultats des futures réunions porteront leur fruit.

Category: Colombie, Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *