L’Argentine veut attirer les investisseurs bordelais au secteur vitivinicole

Publié le: 12-03-2012

Argentine | Actualité Argentine | | |

(Mis à jour le: 07/09/2018)
Evaluer cet article

L’Argentine tente d’attirer les investisseurs français

Le 8 mars dernier, l’ambassade de la République d’Argentine a lancé à Bordeaux, une premiere assemblée d’investissement dans le secteur vitivinicole argentin.

Eva Bamio, la représentante du sous-secrétaire d’État en charge du Développement des investissements et de la Promotion commerciale en Argentine avait annoncé lors de ce séminaire : « Nous voulons améliorer la qualité de nos vins, mais aussi nous diversifier dans nos exportations, en allant au Brésil et en Chine. Venez créer une association avec nous pour gagner des marchés sur des destinations que vous connaissez mieux que nous ! »

Plusieurs dirigeants des entreprises ont été présents à ce séminaire.

La viticulture en Argentine

La viticulture en Argentine

« Notre pays dispose de libertés pour innover dans le secteur viticole. Il n’y a pas de contraintes réglementaires. Et vous n’êtes pas obligé de vous associer à une structure locale pour réaliser votre projet d’investissement, contrairement à d’autres pays » a ajouté Mme ; Bamio.

L’Argentine, veut attirer le maximum d’investisseurs au pays. En fait, Claudia Quini, la représentante de l’Institut national de
vitiviniculture argentin et candidate à la présidence de l’Organisation internationale de la vigne et du vin a souligné la volonté argentine de «développer l’œnotourisme et donc les infrastructures touristiques. Tout comme nous avons des besoins en équipements vitivinicole, que ce soit des machines, des bouchons, des barriques ou des emballages ».

Culture de vignoble en Argentine

 

Culture de vignoble en Argentine

 

Lors de cette assemblée, les personnes présentes ont eu droit à 3 fiches dans lesquelles se trouvaient des listes d’affaires à réaliser, comme par exemple, le projet de plantations de vignes et d’arbres fruitiers à Mendoza de la valeur de 600 000 dollars au minimum. On note également le projet de développement d’un complexe touristique viticole dans les vallées viticoles et hautes montagnes de Mendoza. Un tel projet devra coûter au minimum 50 000 000 dollars ainsi que plusieurs autres projets.

Lire aussi – Mendoza : découvrez la ville de Mendoza en Argentine


Guillaume Bousquet
, la quatrième génération de la famille Bousquet, qui a installé des projets en Argentine, était présent à ce séminaire et a donné des explications, arguments entre autre, pour expliquer les choix de son père.

Il a parlé de l’arrivée de son père en Argentine en 1997, sur une terre déserte, pas d’eau, ni électricité et il achète 400 ha. Actuellement ce domaine a une capacité de produire jusqu’à 2, 5 millions de bouteilles dont 95 % en bio. « L’Argentine permet de faire un très bon vin à des prix très raisonnables », affirme M. Bousquet.

Tags: , ,

Category: Argentine, Actualité Argentine

Comments (1)

  1. Mattiew dit :

    Le vin argentin est très savoureux vraiment, je l’ai essayé l’année dernière lors de mon séjours en Argentine et j’ai trouvé un goût très prononcé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *