Cerro Aconcagua : Montagne la plus haute d’Amérique du sud

 

Voyage en Argentine | Argentine | | | |

Le Cerro Aconcagua se situe à environ 13 km de la frontière chilienne. Il s’agit d’un sommet d’Argentine qui culmine à 6 962 mètres d’altitude. Il représente le point culminant de la cordillère des Andes et est considéré comme la plus haute montagne au monde si on ne tient pas compte des sommets d’Asie.

Le colosse de l’Amérique

C’est ainsi qu’est surnommé l’Aconcagua. Il abrite un parc provincial au sein duquel on retrouve des espèces animales et végétales typiques de la cordillère. Malgré sa haute altitude et le vent qui y souffle souvent de manière assez violente, l’ascension de ce sommet est assez facile si on a l’habitude de l’altitude. Il faut savoir que le site a été occupé très tôt par les quechuas.

Toponymie

L’histoire avance quatre hypothèses quant à l’origine du nom :

  • « Auq » qui signifie sable suivi de « k’awa » qui indique le ruban de laine rouge que les Incas portaient en guise de diadème : l’hispanisation de ces deux termes ont donné naissance à Aconcagua pour indiquer « ruban de sable »
  • « Akon » suivi de « Kahuak » : ce sont deux mots quechuas dont la fusion donne « aconcahuac » signifiant « sentinelle blanche »
  • « Kon » suivi de « kawa » : ces mots aymaras signifierait respectivement « il a neigé » et « mont » donc leur association signifie « mont enneigé »
  • « Aconca-Hue » est la désignation utilisée par les Araucans pour dire « qui vient de l’autre côté »

De ces hypothèses, on ne sait laquelle est la plus plausible, mais chacune d’elle indique le cerro Aconcagua.

Le cerro Aconcagua

L’ascension de la montagne

Pour grimper l’Aconcagua, la meilleure période se situe de décembre à juin, durant l’été austral. L’utilisation d’oxygène supplémentaire n’est pas nécessaire puisque la pression atmosphérique mesurée au sommet est de 40 %. Avant de tenter une escalade, il faut demander un permis auprès des autorités du parc provincial à Mendoza, chef-lieu de la province. Le prix du permis varie en fonction des saisons. Pour atteindre le sommet, les alpinistes ont le choix entre 33 voies différentes. La voie normale est toutefois la plus empruntée et la plus aisée.

La voie normale

Elle est la plus facile puisqu’elle est presque dépourvue de neige en été. Elle propose un sentier balisé qui mène jusqu’à la Canaleta, à environ 6 700 mètres d’altitude. La durée minimale enregistrée pour effectuer l’ascension est d’environ six heures. Il est toutefois possible de faire durer l’escalade en faisant une halte au niveau des camps suivants :

  • le Puente del Inca à 2 725 m
  • le Confluencia à 3 380 m
  • la Plaza de Mulas à 4 370 m
  • le Campamento Canada à 4 910 m
  • la Plaza Alaska à 5 200 m
  • le Cambio de Pendiente à 5 300 m
  • le Nido de Condores à 5 380 m
  • l’Antartida Argentina à 5 560 m
  • le Plamantura-Berlin-Libertidad à 5 780 m
  • le Piedras Blancas à 6 007 m
  • l’Independencia à 6 546 m : c’est le dernier camp avant d’atteindre le sommet par cette voie

Lire aussi:

 

Le versant des Polonais

Après la voie normale, c’est l’itinéraire le plus emprunté. Celle-ci rejoint la voie normale, mais avant, elle passe d’abord par la Polish Glacier Traverse Route. Celle-ci suit la Valle de las Vacas puis débouche sur le glacier de los Polacos. On traverse ce dernier puis on arrive sur la voie normale pour poursuivre l’ascension. Le camp de base de cette voie se situe à Plaza Argentina. Après ce premier camp, il est possible de faire une halte au niveau d’autres camps situés à 5 500 m, à 5 900 m, à 6 350 m au Piedra Bandera et à 6 800 m.

La première ascension par cette voie date de mars 1934. Elle contourne le glacier par la gauche. En 1961, une autre voie qui contourne le glacier par la droite a été ouverte. Celle-ci offre une voie directe, mais est plus difficile.

La face Sud

Les crêtes Sud et Sud-Ouest du Cerro Aconcagua proposent de nombreux itinéraires toutes difficiles. Il faut effectivement savoir qu’on y rencontre une paroi verticale, haute de 3 000 m. Les premiers expéditeurs à avoir réussi à l’escalader sont des Français. Leur expédition date de 1954 et leur exploit a donné le nom de French Route Inferior Horcones à cette voie. Malgré des passages cotés 5 ou 6, les trekkeurs sont à l’abri des avalanches sur cette face.

Pour ceux qui veulent s’y aventurer, le camp de base, Plaza Francia, se situe à environ 4 100 m d’altitude. Elle se trouve à la base de la paroi, sur la gauche. Une fois lancé, d’autres camps vous attendent plus haut à 4 900 m, à 5 800 m, à 6 400 m et à 6 700 m.

D’autres voies existent sur cette face dont la plus difficile de toutes est celle baptisée « voie des Yougoslaves ». Celle-ci affiche de nombreux passages cotés 6 jugés très dangereux. En effet, les chutes de roche et de glace y sont fréquentes.

La face Ouest

Il propose trois itinéraires mal tracés à savoir :

  • la voie Marmillod-Grajales dont les camps se trouvent à 5 500 m, 5 700 m et 6 400 m
  • la voie Mendocina 1988
  • la voie Mendocina 1982

Les découvertes à faire

L’Aconcagua figure parmi les sites à découvrir durant un séjour en Amérique du Sud. Il est doté d’un climat aride et sa faune et sa flore s’y sont habitués. En termes de végétation, on y trouve alternativement, de saison en saison, des cactus, des plantes à fleur, des herbes à croissance lente, des orchidées, des Calandrinia, des Saintpaulia et des arbustes bas (Azorella compacta, Cuerno de cabra, …).

En ce qui concerna sa faune, le condor des Andes, le Caracara caronculé, l’Urubu noir et l’urubu à tête rouge sont ceux qui règnent en haute altitude. Plus bas, on trouve des oiseaux passereaux, des perdrix des Andes, des guanacos, des lézards, des rats, des lièvres et des Dusicyon culpaeus, une espèce de canidé solitaire.

Cette montagne fait partie du parc provincial de l’Aconcagua lequel est une zone protégée depuis 1983. Il couvre une superficie de 71 000 ha. Des gardes travaillent en permanence au sein du parc pour contrôler les permis et assister les visiteurs en cas de besoin.

Les premiers exploits sur le Cerro Aconcagua

La toute première ascension réussie de ce mont a été réalisée par le Suisse Matthias Zurbriggen. En 1897, ce dernier a emprunté la voie Nord. Alors que le reste de son équipe est resté à 6 700 m, lui il a poursuivi l’ascension et est arrivé seul au sommet. Depuis, de nombreux trekkeurs ont réussi le même exploit. Aujourd’hui encore, atteindre le sommet est devenu courant, à condition d’y aller par beau temps.

Avant Matthias Zurbriggen, l’Allemand Paul Güssfeldt a déjà essayé d’atteindre le sommet du Cerre Aconcagua en 1883. Son expédition débute alors à Santiago pour ensuite remonter la crête Nord-Ouest. Son itinéraire est devenu la voie normale d’aujourd’hui. L’homme est arrivé jusqu’à 6 560 m d’altitude, mais dut rebrousser chemin, les conditions climatiques étant trop mauvaises.

En 1940, la Française Adrienne Bance devint la première femme à gravir le Cerro Aconcagua. Elle était accompagnée de l’équipe de Jorge Link et des membres du Club Andinista Mendoza.

En 1981, le guide Français Ivano Ghirardini fut le premier à réussir une ascension solitaire du mont. Ce dernier a emprunté la face Sud pour son ascension. C’est ensuite au Japonais Tsuneo Hasegawa qu’on attribue l’exploit de la première hivernale solitaire.

De nos jours, de nombreuses expéditions sont organisées pour gravir le mont. Pour y participer, vous pouvez passer par une agence spécialisée ou vous lancer seul. Dans tous les cas, une autorisation est requise avant de pénétrer dans cette zone protégée. En effet, le parc provincial de l’Aconcagua a été déclarée zone protégée en 1983. Le parc s’étend sur une superficie de 71 000 ha. Depuis 1990, des gardes le sillonnent pour vérifier les permis, protéger sa faune et sa flore, maintenir l’ordre et aussi, venir en aide aux alpinistes en cas de besoin.

Dans le cas où vous avez beaucoup de bagages, il est possible de louer des mules au sein du parc. Chaque mule peut transporter jusqu’à 60 kg, répartis en deux sacs. Ces animaux doivent être guidés par des Arrieros.

Tags: , , ,

Category: Voyage en Argentine, Argentine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *