Le Corcovado et le Christ Rédempteur

Voyage au Brésil | Brésil

Pas encore de vote.
Please wait...
(Dernière mise à jour : 2018-03-30)

Haut-lieu touristique et symbole mondial de Rio de Janeiro, voire de tout le Brésil, le Corcovado avec son Christ Rédempteur est à Rio ce que la Tour Eiffel est à Paris ou ce que la statue de la Liberté est à New-York. C’est un site incontournable lorsqu’on séjourne dans la « Cidade Maravilhosa », le surnom donné à Rio, la Cité Merveilleuse.

Le Corcovado n’est pas la statue du Christ

Les deux noms sont souvent mélangés entre eux et pourtant, ils désignent chacun un site spécifique. Le Corcovado signifiant « Le Bossu » se réfère à cette montagne dont le pic culmine à 710 mètres d’altitude tandis que le Christ rédempteur ou Cristo Redentor, désigne la gigantesque statue du Christ qui a été érigé sur le pic. Autrement dit, ce sont deux appellations distinctes qui sont certes, très liées, mais qu’il ne faut pas confondre.

Les caractéristiques de ce relief

Situé dans la forêt de Tijuca, la plus vaste forêt urbaine au monde, le Corcovado est un pic de granit qui offre une vue de 360° sur la ville de Rio de Janeiro. C’est grâce à son granit qu’il existe encore aujourd’hui, car les autres reliefs de la région n’ont pas résisté longtemps à l’érosion à cause de la pluie et aux vents océaniques. Seuls les roches dures ont perduré dans le temps et le Corcovado en fait partie. Il n’est pas le seul, puisqu’autour de la ville, on remarque également d’autres formations rocheuses auxquelles les habitants ont donné des noms assez imagés à l’instar du Pain de Sucre, du Géant endormi, de la Veuve, des Deux frères, de la Tête de Chien, …

Pour en revenir au Corcovado, il est pourvu d’un côté Est très abrupt avec une impressionnante chute de 100 m qui se poursuit par un à-pic moins penché puis par une pente raide néanmoins praticable à pieds. Son versant Ouest, quant à lui, on retrouve une pente douce qui descend vers la forêt de Tijuca. Du côté Sud, on retrouve de nombreuses voies d’escalade dont le « Pedra da Gavea ». Les alpinistes y trouveront alors leur bonheur puisqu’on compte plus de 54 voies d’escalade tout autour du Corcovado avec des chemins assez complexes.

Le Corcovado et le Christ Rédempteur

Le Corcovado, un lieu de promenade depuis des décennies

Bien avant que la statue soit construite, le Corcovado était déjà un lieu de promenade apprécié des cariocas. C’est Dom Pedro Ier qui l’a popularisé, car déjà en son temps, vers 1820, il aimait s’y rendre avec sa monture pour admirer la vue époustouflante qu’on a depuis ce sommet.

Son fils, Dom Pedro II a eu la même passion et a fait construire, dès la fin du 19e siècle, une des premières voies ferrées électrifiées du pays qui mène directement vers Le Bossu, non pas de Notre-Dame, mais de Rio de Janeiro. Cette voie d’accès qui a donné naissance au fameux « Trem do Corcovado » a été inaugurée le 9 octobre 1884. Depuis, elle est toujours opérationnelle et transporte, chaque année, près de 600 000 visiteurs venus des quatre coins du globe pour admirer la vue et le Christ Rédempteur. D’ailleurs, le petit train rouge se tortillant à travers le parc national de Tijuca a réussi à si bien se fondre dans le décor que son absence se ferait ressentir de suite.

Soulignons qu’à part le convoi de deux wagons, qui part du quartier de Cosme Velho toutes les 30 minutes, il est aussi possible d’accéder au sommet à pied ou en voiture.

Ainsi, bien avant que la statue christique y soit érigée, le Corcovado était déjà un lieu touristique développé. Les Cariocas s’y rendaient tous les dimanches pour admirer la vue. Sur place, il n’y avait alors qu’un simple belvédère coiffé d’un kiosque surnommé « Chapéu do Sol » ou Chapeau du soleil. Ce sommet a été la seule attraction touristique de la ville puis il a partagé la vedette avec le Pain de Sucre dont le téléphérique qui y mène a été inauguré en 1913.

Il faudra attendre les années 20 pour que le projet d’une statue sacrée sur le Corcovado fasse son chemin.

En savoir plus ici

Le Christ Rédempteur

Le Corcovado et le Christ Rédempteur

Dès 1859, le père lazariste Pedro Maria Boss a évoqué son souhait d’ériger un monument religieux sur le sommet du Corcovado. Il en a même formulé l’autorisation auprès de la princesse Isabelle du Brésil, fille de Dom Pedro II. Même si la monarchie lui a donné le feu vert, il n’a pas pu réaliser ce projet ambitieux.

Ce n’est qu’en 1921 que l’idée ressurgit, à l’occasion du 100e anniversaire de l’indépendance du Brésil. C’est l’Eglise qui l’a remise sur la table afin de réaffirmer son influence dans le pays.

Lors des premières discussions sur le projet, on parlait de construire une statue en bronze du Christ sur le Mont du Pain du Sucre. D’autres propositions ont ensuite été émises sur le choix du sommet notamment sur le Corcovado ou sur le mont de Santo Antônio. C’est le Corcovado qui a été retenu puisqu’il prédomine toute la ville.

Pour sa réalisation, un concours a été lancé. C’est l’ingénieur brésilien Heitor da Silva Costa qui le remporte en 1923. Il commence à dessiner les premières esquisses de la maquette et décida de se rendre en Europe pour la finaliser. C’est là-bas qu’il rencontre le sculpteur frano-polonais Paul Landowski. L’ingénieur lui confia alors la réalisation du projet lequel a connu de nombreuses modifications d’où le retard des travaux.

En effet, alors que la première pierre a été posée le 14 avril 1922, ce n’est qu’en 1926 que les travaux commencèrent réellement. Dans les premiers temps, une armature métallique a été installée pour servir de piédestal au Christ, mais celle-ci fut remplacée par une structure en béton armé conçue par l’ingénieur français, Albert Caquot.

La statue originale fut également redessinée pour avoir la forme d’une croix. Le choix du revêtement s’est orienté vers la stéatite, une roche assez tendre, mais très aux aléas climatiques. Un système d’éclairage a été installé pour illuminer la statue.

Les travaux ont duré plusieurs années et la statue a finalement été inaugurée le 12 octobre 1931. Elle mesure 38 mètres de hauteur et fait la fierté du Brésil, aujourd’hui considéré comme le premier pays catholique à travers le monde. Les nombreuses cérémonies religieuses qui s’y tiennent à longueur d’année en est également la preuve sans oublier ses quelques 135 millions de fidèles. La statue du Christ Rédempteur est pour l’Eglise, une manière d’asseoir la religion chrétienne sur un roc.

En 1937, le monument est placé sous la responsabilité de l’Institut du Patrimoine Historique et Artistique National qui se charge de réaliser les divers travaux de réparation ou de restauration. Il faut savoir que le site est souvent victime de la foudre d’où l’intérêt d’une restauration régulière.

En 2003, un escalator et un ascenseur panoramique y ont été aménagés pour remplacer l’escalier de 220 marches. Ainsi, même les personnes souffrant d’un handicap peuvent y grimper sans mal. N’oubliez pas d’emmener des sous sur vous, car l’entrée au site est payante.

En savoir plus sur le budget à prévoir pour un séjour au Brésil

Un lieu touristique

De nos jours, le Corcovado est indissociable au Cristo Redentor dont l’ensemble figure parmi les plus importants sites touristiques du Brésil. En train, l’ascension ne prend qu’une vingtaine de minutes et arrivé sur la plate-forme qui sert de socle à la statue, vous trouverez de nombreuses boutiques de souvenirs. Aux alentours, on a une superbe vue sur la baie de Guanabara, le Pain de Sucre, la Lagune Rodrigo de Freitas, le stade de Maracaña, les plages de Copacabana et d’Ipanema, les favelas, la forêt tropicale de Tijuca, …

Tous les soirs, la statue s’illumine donnant l’impression du Christ qui descend tout droit du ciel. Cette vision est visible dans toute la ville, mais est encore plus spectaculaire au pied de la statue qui semble vraiment flotter dans les airs. Au loin, là où on ne peut plus distinguer les traits de la statue, on croit apercevoir une croix ce qui reste dans l’esprit religieux.

Attention, même si Rio bénéficie d’une température douce tout au long de l’année, il est toujours conseillé de s’informer sur les conditions météorologiques avant de grimper sur le pic au risque de voir le Christ disparaître dans les nuages.

Et pour découvrir le Brésil, rendez-vous ici

Category: Voyage au Brésil, Brésil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *