Parc National de Morrocoy : Un des plus beaux parc naturels du Venezuela

Publié le: 29-09-2015

Voyage au Venezuela | Venezuela | | |

(Mis à jour le: 15/08/2018)
Evaluer cet article

Tous les Vénézuéliens vous vanteront les mérites du parc national de Morrocoy et ils ont bien raison, car ce site tout simplement splendide. Pour y aller, il faut vous rendre dans les petits villages de Chirchiriviche et de Tucacas. Ces deux villages sont un peu fade, mais rassurez-vous, vous n’êtes pas arrivé à destination. En effet, de ces deux villages, vous pouvez vous rendre au parc national de Morrocoy.

Un parc pas ordinaire

Si vous vous attendez à un parc ordinaire s’étalant sur une vaste superficie et bien arboré et bien, vous allez être déçu. En effet, le parc national de Morrocoy n’a rien d’ordinaire puisqu’il se définit par un ensemble de petites îles éparses dans la mer des Caraïbes et au large des deux villages cités ci-dessus. Pour y aller, il faut donc prendre la mer moyennant un frais plus ou moins coûteux.

Ile du parc national de Morrocoy

Les îles du parc

Le parc national de Morrocoy se compose petits îlots ou « cayos » au nom peu orthodoxe. Ils sont le fruit de l’accumulation de coraux morts ce qui explique la présence de coraux dans le sable. Les cayos les plus connus sont :

  • le cayo Peraza : le plus petit îlot dont le tour complet ne demande que cinq minutes à pieds
  • le cayo Sal ou sel
  • le cayo Muerto ou mort
  • le cayo Pelon ou chauve
  • le cayo Borracho ou saoul
  • le cayo Sombrero ou chapeau : le plus éloigné de la côte

Comment s’y rendre ?

Vous n’aurez pas besoin de chercher une agence une fois dans l’un de ces deux villages, puisque les agences ambulantes viendront à vous. En effet, pour se rendre sur l’une des îles du parc national de Morrocoy, de nombreux conducteurs de bateaux vous proposeront de vous y emmener à prix pouvant être exorbitant si on ne sait pas marchander. Pour que ces « lancheros » s’approchent de vous, il vous suffit alors de jouer la carte du touriste fraîchement arrivé au village.

Des bouts de paradis

C’est effectivement le terme qui pourrait définir chacune de ces petites îles. Une fois débarqué du petit bateau et qu’on foule le sable mélangé à de minuscules morceaux de coraux, on se retrouve vraiment dans un monde à part. Bien sûr, les détritus laissés par les précédents arrivés prouvent qu’on n’est pas les premiers à avoir foulé l’île, mais la paix et le silence qui y règnent sont presque sacrés. Avec un environnement verdoyant au centre, une plage de sable blanc et puis une mer claire et turquoise à perte de vue, on se croirait presque seul au monde.

Une faune incroyable

Chacune de ses îles abrite une faune incroyable. Si l’eau est riche en poissons tropicaux et en coraux, les terres abritent de nombreuses espèces d’oiseaux comme les flamants roses et les ibis rouges. En quittant les îles, vous aurez même le plaisir d’assister à leur envol ou de rencontrer des lézards colorés qui se dorent paresseusement au soleil.

Tags: , ,

Category: Voyage au Venezuela, Venezuela

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *