L’eau à Lima, une situation en dégradation

Publié le: 23-07-2012

Actualité Pérou |

(Mis à jour le: 13/06/2014)
Evaluer cet article

Lima en manque de l’eau

Lima, la capitale péruvienne est considérée comme étant la ville la plus sèche au monde. Situé sur un désert, cette ville succombe au réchauffement climatique.

La ville de Lima vit en fait, une situation dégradante en ce qui concerne l’eau potable, les enfants dans les jardins d’enfants ont toujours l’air d’une maigreur alarmante à cause de l’eau peu propre et pleine de parasites qui entrent dans leur système digestif.

Elisa Riberto Guia, une enseignante de la crèche de Santa Rosita qui se trouve dans un bidonville de Lima a assuré que « l’un des enfants a la tuberculose, un autre a contracté une hépatite A deux semaines avant ma visite ».

Lima est en manque d’eau potable

Lima est en manque d'eau potable

Ce jardin d’enfant est connu pour son manque en eau potable. Selon Mme Riberto Guia, les enfants sont dépistés contre ses maladies tous les 3 mois. L’une des mères des enfants de la crèche a affirmé que « la SEDAPAL ne fait pas son travail », la SEDAPAL étant l’autorité municipale liménienne pour l’eau.

Cette situation est liée en fait à plusieurs causes notamment le retard du développement de cette région qui a été crée à la fin des années 1980 ainsi qu’aux conditions climatiques sèches tout au long de la côte du Pérou.

La ville de Lima ne reçoit que 10 millimètres d’eau de pluie par an, une très faible quantité pour une population aussi nombreuse. Sans doute, ce sont les plus démunis qui en subissent le plus des conséquences de ce manque en eau comme les habitants de la Favelas de Huaycan.

Le pays et principalement la capitale se trouve face à une situation qui s’aggrave de jours en jours…la consommation qui augmente de plus en plus alors que le réchauffement planétaire aggrave la situation.

Rio Rimac, est la rivière polluée qui traverse Lima. C’est le fournisseur principal en eau potable avec un débit de 30 mètres cube par seconde, en contre partie, la précipitation dans les affluents du Rimac a connu une remarquable baisse pour se stabiliser à 4.4 millimètres par an depuis 1970.

Selon certain chercheurs, ceci peut affecter le Rio Rimac qui sera à sec d’ici la fin de ce siècle. L’hydrologue Waldo Lavado, du service météorologique national du Pérou, a souligné que  » le changement climatique est l’une des principales hypothèses qui pourraient expliquer
ce tarissement ».

Selon Yolanda Andia, la chef de production de SEDAPAL, « le changement climatique est un aspect très important dont nous devons tenir compte. Nous n’avons plus les ‘nevados’ [sommets enneigés] que nous avions avant, et qui aidaient à maintenir le niveau de l’eau durant la saison sèche ».

Pour faire face à ce manque en eau, la SEDAPAL a annoncé des projets de la valeur de 2 milliards de dollars comme par exemple la construction d’un réservoir géant, Huascacocha, à plus de 4.000 mètres dans les Andes pour tenter d’accroitre la capacité de stockage de l’eau d’1,5 million de mètres cubes.

Les habitants de ces zones pauvres pourront-ils jouir de l’eau potable prochainement ?

Tags:

Category: Actualité Pérou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *