Les argentins s’opposent au déplacement d’El Chaco

Publié le: 01-02-2012

Argentine | Actualité Argentine | |

(Mis à jour le: 15/12/2018)
Les argentins s’opposent au déplacement d’El Chaco
Evamuer cet article

El Chaco, la deuxième plus grande météorite au monde en Allemagne ?

El Chaco, cet énorme caillou situé dans la zone nord-est de l’Argentine, juste au milieu des terres aborigènes. Il s’agit en fait d’un météorite qui est tombé du ciel, il y a maintenant 4000 ans dans la province du Chaco. C’est le 2ème plus grosse météorite au monde.

Des artistes ont annoncé leur volonté de déplacer cette météorite géante pour une exposition en Allemagne. Ils devront d’abord faire face aux défenseurs de patrimoine !

El Chaco

elchaco

Il n’est pas fait en or, cependant ce gros caillou tombé du ciel fait couler parler de lui, c’est un véritable trésor humain.

Ce caillou se trouve plus précisément dans une région nommée Campo del Cielo, ce qui signifie en français Champ du Ciel ou bien Piguen Nonralta pour les aborigènes qui vivent dans la région, de la famille Guaycuru.
Cette zone s’étend sur 3 km et contient plus d’une vingtaine d’impacts. Connu en Europe depuis 1576, l’ère des explorations du nouveau monde, mais elle existe depuis bien longtemps.

Les Moquoït, cette communauté constituée de 15.000 membres, la zone de Campo del Cielo fait partie de leur cosmogonie et de l’origine du monde. Aujourd’hui quelques artistes ont voulu emmener c cailloux en Allemagne
pour la présenter au Foire d’art contemporain qui se déroulera du 9 juin au 16 septembre 2012 à la ville allemande Cassel. Et la polémique s’est déclenchée. Surtout que le parlement de la province de Chaco a voté pour le prêt de la météorite à la ville de Cassel à l’occasion de la Foire d’art Documenta 13.

Cette Foire fut créé par le peintre et le professeur allemand Arnold Bode. C’était une façon d’évoquer la  réconciliation entre les Allemands et l’art après la chute du 3ème Reigh. El Chaco, devra quitter la commune
de Chaco d’ici mi-février pour être emmenée jusqu’au port de Buenos Aires et traverser l’Atlantique.

Ce sont Guillermo Faivovich, né à Buenos Aires en 1977, et Nicolas Goldberg, né à Paris en 1978, les deux artistes à l’origine de cette idée. Ils ont menés depuis 2006 des recherches nommée « Guide pour le Campo del Cielo » qui porte sur l’influence des météorites sur la culture.

Ils ont présenté en 2010 à Portikus à Francfort-sur-le-Main, un œuvre sur la Météorite El Taco. Ils ont rassemblé deux parties d’une météorite découverte en 1962 par un groupe d’exploration argentino-américain. El
Taco pèse environ 2 tonnes.

Des défenseurs d’El Chaco

defenseurs-elchaco

Aujourd’hui, les deux artistes voulaient que El Chaco soit présenté comme la pièce centrale du Foire Documenta 13 pour permettre aux visiteurs de découvrir une autre face du monde. Une volonté considérée comme une menace sur ce patrimoine aborigène. Plus de 50 astronomes et  anthropologues argentins ont décidé de prendre la défence de ce cailloux et des peuples indigènes. Ils ont lancé un texte sur les réseaux sociaux : « Nous nous opposons énergiquement à ce projet qui porte atteinte aux droits des aborigènes du Chaco. Hors de sa zone, cette météorite n’a pas de contexte, ni culturel ni géographique ».


Jorge Castillo
, le président de la Fondation Environnement Total, et le membre de la Commission du Patrimoine culturel et naturel du Chaco a déclaré que « la météorite El Chaco ne quittera pas le Chaco. Documenta a elle-même pris cette décision et l’a communiquée au gouvernement de la province, le 16 janvier, dès qu’elle a appris qu’un groupe de citoyens s’opposaient à ce projet avec des arguments solides ». Il paraît que les autorités provincial du Chaco ont vu dans ce projet une publicité pour la province.

Tags: ,

Category: Argentine, Actualité Argentine

Comments (1)

  1. Anais dit :

    Ils ont raison!
    Mais pourquoi la déplacer? s’ils veulent une publicité pour la province, il leur suffit d’inciter les étrangers à visiter la commune pour ce qu’elle a de richesse naturelle!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *