Pelourinho : le quartier emblématique du Pelourinho à Salvador de Bahia

Voyage au Brésil | |

No votes yet.
Please wait...
(Dernière mise à jour : 25/07/2018)

C’est en 1985 que l’Unesco a déclaré le Centre historique de Salvador de Bahia, Patrimoine Mondial de l’Humanité. Ce centre prend la forme d’un vaste ensemble urbain qui inclut le quartier emblématique du Pelourinho et d’autres quartiers voisins. Cela signifie que le Pelourinho en lui-même n’est pas le centre historique classé, mais qu’il en fait partie. Il en est d’ailleurs une partie majeure puisqu’il est l’endroit le plus connu de ce Centre historique. Zoom sur le quartier du Pelourinho.

Pelourinho, le quartier de châtiment des esclaves

Découvert par les Portugais en l’an 1500, Salvador de Bahia de Todos os Santos, plus communément connue sous le nom de Salvador de Bahia, fut la première capitale du Brésil colonial. Elle garda ce titre de 1549 à 1763, une longue période durant laquelle elle a prospéré grâce aux activités portuaires et à l’industrie sucrière. A cette époque, la ville abritait le plus important port de toute la région.

Afin de développer encore plus l’industrie de la canne à sucre, la ville a dû importer de la main d’œuvre issue de l’Afrique. C’est pour cela que sa population actuelle a une forte dominance africaine que ce soit sur leurs traits, dans leur mode de vie ou dans leur culture.

Le quartier du Pelourinho à Salvador de Bahia

Durant l’époque coloniale, Salvador a été une plaque tournante de l’esclavage. Ceux qui désobéissaient aux règles ont été sévèrement punis et c’est dans le quartier du Pelourinho d’aujourd’hui, que les châtiments furent attribués. D’ailleurs, l’appellation de la ville signifie « petit pilori » ce qui semble se référer aux punitions inculquées.

Pendant toute la période coloniale et avant l’abolition de l’esclavage, le site actuel de la ville s’est vu doter de ce rôle tragique. C’est pour cela qu’après la libération du 2 juillet 1823, il fut laissé à l’abandon à cause des souvenirs douloureux qu’il abritait.

Ce n’est qu’à partir des années 1990 qu’il fut nettoyé et restauré. Il devint alors un quartier populaire inclut dans le Centre historique de Salvador de Bahia.

De nos jours, le Pelourinho est souvent considéré, à tort, comme étant le centre historique, alors qu’il n’en est qu’une partie majeure. Quoi qu’il en soit, c’est un haut lieu du tourisme à Salvador et donc un endroit incontournable pour tous ceux qui séjournent au Brésil et particulièrement dans la région du Nordeste. C’est dans le sud de cette région que se situe Salvador de Bahia, aujourd’hui capitale de l’Etat de Bahia.

Quant à Pelourihno, il trône sur les hauteurs de la ville et domine la baie de Todos os Santos, dans la partie de la ville dite haute ou « cidade alta ». Il faut effectivement savoir que Salvador est divisée en deux parties dont la ville haute et la ville basse ou « cidade aixa ». Les deux sont reliées entre elles par le fameux Elevador Lacerda.

Pelourihno, sa délimitation

Au sein du Centre historique, la zone qualifiée de Pelourinho va du largo do Pelourinho au terreiro de Jesus.

  • Le largo do Pelourinho :

Le largo do Pelourinho, que l’on connaît officiellement sous le nom de place José de Alencar est considéré comme le cœur du quartier. Son nom est issu de Pelourinho ou « pilori » qui s’y trouvait pour punir les esclaves noirs. De nos jours, le pilori n’y est plus visible, mais cette place reste l’un des endroits phares du quartier.

On y trouve encore les fameux « sobrados » qui datent du 19e siècle. Ce sont des bâtiments qui ont été construits à l’époque coloniale portugaise et qui servaient d’habitations aux notables du quartier.

Aujourd’hui de forme triangulaire et légèrement en pente, cette place n’a été construite qu’après la démolition d’une porte qui servait de système de défense à la ville.

  • Le Terreiro de Jesus :

Le terreiro de Jesus, officiellement appelé place du Quinze Novembre, se situe devant la cathédrale-basilique. C’est durant la fondation de la ville de Salvador, en 1550, que Tomé de Sousa permit aux jésuites de s’installer sur un territoire situé au nord de la ville. Les prêtres qui étaient dirigés par Manuel da Nobrega y construisirent une petite chapelle ainsi qu’un bâtiment faisant office de collège des jésuites. C’est du fait de leur présence sur le site que ce dernier fut baptisé terreiro de Jesus.

A leur arrivée sur place, la première église construite était petite et fragile. Entre 1652 à 1672, les prêtres en construisirent alors une plus grande et l’édifice devint la plus somptueuse église de tout le Brésil du 17e siècle. Cette dernière était dotée d’une façade maniériste en calcaire pedra lioz importé du Portugal, d’un intérieur orné de retables en bois doré de style maniériste et baroque, d’un plafond en bois sculpté et d’une luxueuse sacristie. Quand l’ancienne cathédrale de Salvador fut démolie, l’église des jésuites devint la nouvelle cathédrale de la ville en 1933.

l'église Sao Francisco à Pelourinho

A part la cathédrale, la place Terreiro de Jesus abrite également d’autres édifices religieux témoins de l’art colonial brésilien. On peut notamment citer la somptueuse église et couvent Saint-François, l’église de Saint-Pierre des Clercs, l’église du Tiers-Ordre de Saint-François et l’église du Tiers-Ordre de Saint-Dominique.

En ce qui concerne le collège, il fut transformé en hôpital en 1833 puis a accueilli la première université de médecine du Brésil jusqu’en 1905, année à laquelle il a été ravagé par un incendie. Sur place a ensuite été érigé un autre bâtiment de style éclectique.

Une visite de Pelourinho

A part son important patrimoine religieux composé d’églises baroques, le Pelourinho est aussi symbole de couleurs et de joie de vivre. Situé sur les hauteurs de la ville de Salvador, elle donne une superbe vue sur la baie de Todos os Santos. Et bien au-delà de cette vue et de ses églises, c’est le quartier idéal pour se ressourcer, se fondre dans la masse et vivre pleinement la vie à la brésilienne.

Dès qu’on met les pieds dans le quartier, une vision précise s’impose : les maisons colorées qui bordent de petites ruelles pavées. Oui, il n’y a que du pavé à Pelourinho d’où l’intérêt de porter des chaussures confortables pour mieux la visiter.

En vous promenant dans ses rues, vous découvrirez ses plus importants monuments et bâtiments aux façades colorés, des restaurants, des bars, des hôtels et diverses enseignes commerciales. Et ici et là, vous aurez le plaisir de voir des artistes de rue qui animent le quartier à toute heure de la journée et de la nuit. En effet, de jour comme de nuit, votre séjour se fera au rythme de la batucada, le genre musical qui domine à Salvador.

Vous y trouverez également des représentations offertes par des danseurs de capoeira, un art qui allie danse et lutte. Cette tactique de combat a été inventée par les esclaves africains qui ont travaillé à Salvador. Aujourd’hui, elle est plus qu’un art puisqu’elle est considérée comme un patrimoine culturel des bahianais.

Par ailleurs, si dans la journée, vous pourrez observer la vie de bahianais au quotidien, en soirée, c’est une toute autre ambiance qui s’y déroule, mais toujours au son de la batucada. En effet, quand le soleil commence à décliner, le Pelourinho se réveille de sa douce quiétude de la journée pour faire place à un lieu de fête. La musique se fait beaucoup plus forte dans les bars et les discothèques, les habitants sortent dans les rues pour danser, chanter et déguster la cuisine de rue.

Cette dernière est incontournable quand vous séjournez à Salvador, car c’est le moyen le plus facile pour découvrir la gastronomie bahianaise dans toute sa splendeur. La fête s’étend parfois jusqu’au petit jour et alors, le jour reprend ses droits dans une sérénité bienfaitrice. Et pour mieux connaître le quartier et sa ville, voici comment visiter Salvador de Bahia.

Le Pelourinho à Salvador de Bahia

Le carnaval

Et toujours en termes de fêtes, il ne faut pas rater le carnaval de Salvador et, par voie de conséquence du Pelourinho. Au Brésil, le carnaval de Salvador est aussi connu que celui de Rio de Janeiro, voire plus.

Quand ce festival débarque au mois de février, le Pelourinho vibre carrément au son de la musique. Les festivités durent parfois toute une semaine, le quartier se pare de ses plus belles couleurs et lumières et prépare son « Trios electricos ». C’est un camion qui transporte une puissante sonorisation ainsi que des danseurs qui vont animer la chorégraphie générale. Le jour du festival, les habitants du quartier marchent autour du camion pour descendre les artères principales du quartier et de la ville.

C’est une période à ne surtout pas rater au Brésil.

Découvrez Salvador de Bahia de A à Z

Découvrez le Brésil de A à Z

Tags: ,

Category: Voyage au Brésil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *