Guide Pérou, découvrez les traditions et célébrations religieuses péruviennes

 

Voyage au Pérou | Pérou | | | | |

A travers le monde, chaque civilisation se distingue par des célébrations qui lui sont propres et qui peuvent sembler étranges aux autres cultures. Cela s’explique par les différences de patrimoine ainsi que des facteurs historiques qui varient d’une contrée à une autre. En ce qui concerne le Pérou, la culture est marquée par l’existence de nombreuses célébrations religieuses lesquelles s’étalent tout au long de l’année. Quelles sont les festivités majeures qu’il faut y découvrir ?

les traditions au pérou

L’Amérique latine, une région culturellement riche

L’Amérique latine possède les cultures les plus riches au monde du fait d’une histoire marquée par la succession de nombreuses grandes civilisations. Tour à tour, les Mayas, les Aztèques ou encore les Incas y ont laissé leurs empreintes dont des traditions aujourd’hui encore pratiquées par les populations latino-américaines et des édifices qui ont, mystérieusement, survécu au passage des siècles. En savoir plus sur la civilisation Maya et la civilisation Aztèque

Le Pérou abrite par exemple une biodiversité étonnante ainsi que des sites archéologiques qui témoignent du savoir-faire et de la prospérité des civilisations anciennes. Cette même diversité est notable sur le plan humain. Il n’est pas le seul pays latino-américain qui bénéficie d’un tel patrimoine.

Aussi bien dans les traditions culturelles que dans les pratiques religieuses, les nations latines veillent à perpétuer les rituels de leurs ancêtres même au milieu du 21ème siècle. Voir que les indigènes accomplissent, aujourd’hui encore, des rites vieux de plusieurs millénaires témoigne de l’incroyable capacité de l’homme à assumer ses contradictions.

La vie religieuse du Pérou

femmes andines perou

La République du Pérou a vécu maints changements historiques. Il a obtenu son indépendance de l’occupant espagnol en 1821.

C’est un pays qui a peu à peu émergé pour devenir une nation au futur très prometteur au vu de son patrimoine humain, considéré comme sa plus grande force. On retrouve chez les habitants des traits européens, asiatiques et africains.

A part les trois principales religions monothéistes, on y remarque aussi une autre religion basée sur l’adoration des dieux anciens à travers des traditions ancestrales. Les statistiques indiquent que 89 % de la population se déclare comme catholique bien que cela n’empêche pas les indigènes de garder leurs croyances anciennes ou encore de s’adonner au culte du Seigneur des miracles.

Au Pérou, la liberté du culte est préservée puisque c’est l’un des fondements de la constitution qui protège le droit de chacun à pratiquer les rites religieux auxquels il s’identifie.

Les fêtes religieuses au Pérou

On va s’intéresser à trois fêtes majeures, à portée religieuse et spirituelle, de la tradition péruvienne et plus précisément des indigènes voulant raviver les cultes des temps anciens. Ces célébrations attirent, chaque année, des milliers de pèlerins et fascinent aussi bien les communautés locales que les étrangers.

  • La fête du Corpus Christi :

La fête de Qoyllur Riti

Parmi les fêtes célébrées au Pérou, on cite la fête du Corpus Christi, appelée aussi fête de Qoyllur Riti. Il s’agit d’une célébration qui attire, à chaque évènement, plus de 10.000 pèlerins y compris les touristes curieux de découvrir ce phénomène culturel incontournable du pays.

Au jour de la Sainte Trinité, les festivités débutent avec des danses où les participants endossent les rôles de personnages mythiques.

L’aventure commence par la montée vers le sommet du Mont Ausangate dont le sommet culmine à plus de 6 362 m d’altitude. Le but de cette ascension est de chercher la fameuse étoile des neiges qui se trouve au fond de la montagne. Chaque année, les fidèles suivent le même chemin qui mène vers le sanctuaire Quoyllur-Riti, nom donné à l’astre convoité. Le culte se déroule ensuite autour de l’étoile.

Tout le cortège de célébration se prosterne solennellement devant les croix qui marquent le chemin de l’ascension jusqu’à l’église, montée ponctuée par des bannières aux emblèmes religieux où on remarque l’image de Jésus Christ accrochée sur la croix pour racheter l’Humanité et lui faire pardonner ses péchés auprès de Dieu.

Une fois arrivés au sommet, les adorateurs brûlent des cierges à l’intérieur de l’église et dans un moment de quiétude spirituelle, prononcent leurs vœux et souhaits en restant prosternés devant les montagnes sacrées.

Les fêtes religieuses au Pérou

Cette festivité souligne le mélange de la religion monothéiste à une pratique qui remonte aux temps anciens. La population évolue donc à la fois, à travers le respect des vieilles croyances et à travers le modernisme et les avancées technologiques. La forte union qui les unit est d’autant plus visible, lorsque les pèlerins, pour sceller la fin des fêtes, se réunissent dans un cercle de danse pour chanter une hymne à la fraternité universelle.

La fête prend fin durant la nuit sur le glacier de Colquenpunku où l’on porte la croix sacrée. Au départ de l’église, les pèlerins se lancent dans une autre procession durant laquelle ils prononcent les chants spécifiques à cette étape tout en priant pour les bénédictions divines et la prospérité. La Sainte-Croix sera par la suite ramenée au sanctuaire par certains participants tandis qu’un autre groupe se charge de ramener des eaux gelées desquelles on va tirer une eau potable, pour symboliser le miracle de la vie.

Pélerinage de Qoyllur Riti

Pendant les 10 jours que durent cette célébration, plusieurs rituels sont organisés dont des danses traditionnelles typiques de la région andine. Parmi ces rituels, on retrouve celui pour la fertilité de la terre et qu’on associe souvent à l’adoration des Apus, des montagnes considérées comme des divinités.

C’est pour cela que durant la descente, le groupe va apporter des blocs de glace avec lesquels ils vont arroser les terres. Ce geste a une visée symbolique, car l’eau de l’Ausangate est considérée comme sacrée.

  • La fête de l’Inti Raymi :

la fete de l'inti raymi

Célébrée pour marquer l’arrivée du solstice d’hiver dans le sud du globe et pour célébrer, comme il se doit, le temps des récoltes, la célébration de l’Inti Raymi signifie littéralement la « fête du soleil ». Elle rend hommage au dieu Inti.

C’est, de loin, l’événement le plus important de l’ère précolombienne. Il faut dire que le soleil a souvent été considéré comme un astre divin dont le pouvoir a été longtemps craint.

la fete de l'inti raymi au pérou

 

 

 

 

 

 

 

Cette célébration se fait au milieu des ruines de Sacsahuaman, forteresse datant de la civilisation Inca. On la trouve encore de nos jours, plongée en pleine nature dans la région de Cuzco. C’est dans ce temple à la symbolique sacrée qu’a lieu le sacrifice rituel d’un lama blanc et d’un lama noir dont la graisse est remise à deux prêtres, pour qu’ensuite le Wupariruj la reprenne pour un but divinatoire.

Les intestins des deux bêtes tuées sont donnés en offrande au Callpa Ricuy afin qu’il puisse prédire les grands moments de l’année qui s’annonce.

Fêtes de l'Inti Raymi

C’est naturellement au coucher du soleil que prend fin cette première étape de la cérémonie.

Fêtes de l'Inti Raymi

Cet événement majestueux n’est jamais pris à la légère : son organisation est confiée à des professeurs ainsi qu’à des archéologues et des historiens de la ville de Cuzco. Ces derniers travaillent ensemble pour élaborer minutieusement chaque détail et rituel de la célébration.

  • La fête de Raqchi :

Il y a également la fête de Raqchi. Cette dernière se déroule dans le site de même nom lequel se situe à environ 3 500 m d’altitude.

la fete de raqchi

La célébration se compose d’un festival de danse qui s’étend sur quelques jours. Ce dernier a lieu annuellement à Sicuani, une petite contrée située au sud de Cuzco, dans la vallée du rio Urubamba.

Cette fête rend hommage aux forces de la nature et plus particulièrement à la pluie, au vent et aux tempêtes, jugées dans les temps anciens comme une manifestation de la colère des dieux.

Dans leurs danses, rythmées par des instruments traditionnels et européens, les danseurs mettent en scène ces phénomènes naturels toujours craints des habitants.

Durant l’époque Inca, le site Raqchi occupait une position privilégiée puisqu’il s’agissait du centre administratif chargé de la récolte des impôts payés par les habitants de Puno. On peut également y voir les ruines d’un temple construit en hommage à Viracocha, divinité de la foudre et des tempêtes et principal dieu des Incas.

En savoir plus sur la civilisation Inca.

Les festivités se déroulent dans toute la région et les habitants tombent quasiment dans l’euphorie en buvant abondamment et en fumant de la chicha. Ces pratiques, en plus de la danse qui se fait en portant des tenues très originales, permettent aux danseurs d’y trouver une source de défoulement pour se libérer des tensions quotidiennes. Selon la croyance Inca, on suppose que le dieu soleil, un peu comme le Prométhée de la mythologie grecque, est à l’origine de la naissance des hommes.

La fête de Raqchi

L’essence même de cette fête est de célébrer la relation du dieu Soleil avec ses enfants, à savoir, les humains. C’est un processus extraordinaire qui vise à régénérer la spiritualité de chacun. Plusieurs touristes, après avoir assisté à cette succession de rituels, s’en disent changés et métamorphosés.

Il faut souligner que l’Eglise officielle a plus d’une fois exprimée son opposition farouche à la célébration de ce genre de fêtes qui donnent au plurithéisme une place privilégiée au sein de la nation péruvienne. Toutefois, comme ces cultes sont beaucoup plus anciens que la naissance de l’Eglise moderne et qu’ils sont à caractère pacifiste, les autorités n’y voient aucun mal à ce qu’ils continuent d’avoir lieu dans la sérénité.

Découvrez le Pérou de A à Z

Tags: , , , ,

Category: Voyage au Pérou, Pérou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *