TIJUANA : entre ville et frontière

Publié le: 09-01-2014

Voyage au Mexique | Mexique |

(Mis à jour le: 13/04/2019)
Evaluer cet article

Tijuana, ville mexicaine et frontière avec les Etats-Unis a été longtemps réputé pour abriter les crimes et la délinquance. Désormais, une toute autre image mérite d’être faite. Zoom sur cette grande ville à visiter absolument…

En France, Tijuana, frontière entre le Mexique et l’Etat de Californie est connu tel que la chanson de Manu Chao le décrit, foyer de la délinquance, du sexe et de l’alcool. Ce n’est pas différent chez les américains qui voient cette ville comme celle de la débauche et un endroit dépourvu d’interdiction qui permet aux moins de 21 ans de consommer de l’alcool. Pour les jeunes, « TJ » est un lieu de détente et d’évasion pour un week-end de folie.
Nombreux ignorent qu’au-delà de la Zona Norte ou Red Light District, frontière où résident le proxénétisme et les trafics de toute sorte, est plus qu’une simple frontière. Le positionnement géographique de cette frontière, chevauchant l’Amérique du nord et du sud, lui permet de se créer une image nouvelle et une culture. Plusieurs milliers de personnes traversent cette ville quotidiennement de part et d’autre de celle-ci.

Une géolocalisation qui en dit long

Tijuana

Tijuana

Moitié américaine et moitié mexicaine, on retrouve dans cette ville à la fois ceux qui frôlent l’ « american dream » et ceux qui en sont exclus. C’est aussi un lieu où la main d’oeuvre mexicaine est très abordable pour les californiens et San-Diego, se trouvant à moins de 30km. Pour les retraités voulant une vie plus confortable, c’est un endroit où ils peuvent réaliser ce souhait. En tant que frontière Tijuana est une ville où l’on utilise à la fois le dollar et la monnaie mexicaine. À San Ysidro, près de la zone américaine de la frontière, on peut se procurer les médicaments, soins et services médicaux à moindre coût. C’est dans ce même endroit que les vêtements de grande marque sont écoulés à des prix très attractifs.

Cette « linea » est franchie quotidiennement par des milliers de gens, venant de part et d’autre de la ville, ce qui fait d’elle la frontière la plus fréquemment franchie au monde. Les gens qui la traversent, connus sous le nom de « transfronterizos », vivent entre la Californie et le Mexique. La perméabilité de cette zone frontalière est-elle à l’origine de l’énergie qu’elle dégage ? Tijuana a longtemps une opportunité pour les américains qui souhaitent y émigrer, ou pour les mexicains qui souhaitent y rester, en raison des nombreuses choses qu’on peut y accomplir.

Le berceau de nombreux artistes.

Paola Villaseñor aussi nommée La Panca, est une habitante de Tijuana. Artiste d’origine des Etats-Unis, à San Diego, et de parents immigrés mexicains, elle a opté pour le retour aux racines et a préféré s’installer du côté mexicain de la frontière. Son choix lui a permis aujourd’hui de vivre de son travail d’artiste et elle est désormais l’icône du changement à Tijuana. Son rêve est d’aller à Berlin, ville réputée pour son effervescence.

Frida Kahlo est aussi une artiste mexicaine, bien connue des étrangers est aussi issue du street art. Dans la ville, les mugs, porte-clés ou magnets sous son image sont commercialisés.
Ainsi, il est totalement erroné de penser que Tijuana se résume à une frontière abritant le crime, l’alcool et la drogue. Dans cette ville, le CECUT, centre culturel dans la Zona Rio, est un lieu abritant oeuvres d’art et salles de cinéma.
A Mezcaleria, on peut passer une bonne soirée au bar à mescal, endroit encore peu connu se situant près du quartier de tourisme. C’est un lieu où l’on peut écouter, non pas Ricky Martin ni les mariachis, mais les DJ et le rock indé. D’ailleurs, cette frontière est le lieu qui a permis de faire émerger Nortec Colletive, un groupe en croissance et qui est également connu en-dehors des frontières mexicaines.

Par ailleurs, Tijuana est aussi un lieu où des marques sont créées par des artistes locaux, comme le cas de Mexican Fashion, qui commercialise des tenues vestimentaires réalisés dans la région et qui promeut en marquant sur certaines de ses collections la provenance de Baja California.
Les galeries du centre-ville qui ont été négligées pendant un certain temps, situées dans les grandes artères de la zone touristique, comme l’Avenida Constitución et l’Avenida Constitución, ont été rebaptisées en galeries et magasins.

Le design et l’architecture constituent récemment le sujet d’expositions en vogue. Dans ce cadre, l’expo Art Baja a été initiée en 2013 par un galeriste venant de Los Angeles, ambitionnant la création de ponts entre artistes mexicains et californiens.
Les aquarelles prennent une place prépondérante dans la culture mexicaine. Ce n’est donc pas surprenant que le street art soit très répandu dans Tijuana.

Tags:

Category: Voyage au Mexique, Mexique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *