Un dispositif accru de l’alerte au tsunami dans l’Océan Indien

 

Actualité

Le monde a été chamboulé par le tsunami du lendemain de Noel 2004 quia fait plus de 240 000 morts et d’innombrables pertes matérielles. A l’époque, les scientifiques ne disposaient pas encore de dispositifs appropriés pour prévenir au mieux ce phénomène dans l’Océan Indien, les mesures ayant été uniquement concentrées sur des zones connues et à hauts risques sismiques telles que l’Océan Pacifique. On n’était pas alors préparé pour ce genre de catastrophe qui ne s’est jamais produite auparavant.


L’Océan Indien enfin doté des bons dispositifs

C’est suite à 2004 que les scientifiques américains se sont mis à étudier un dispositif de prévention de la zone Océan Indien. Les grands pays concernés tels que l’Inde, l’Australie ou encore l’Indonésie se sont unis pour mettre en place le Indian Ocean Tsunami Warning System, opérationnel depuis 2013. Les Etats-Unis quant à eux ont renforcé le personnel de veille et de recherche qui travaille au sein du centre mondial de surveillance de raz-de-marée situé à Hawaii. Ces centres d’alerte sont opérationnels 24 heures sur 24 tous les jours de l’année. Bientôt, un centre d’alerte sera également mis en place en Méditerranée. Aujourd’hui, près d’un millier de personnes travaillent dans ces centres, contre seulement une centaine avant 2004.
Ce nouveau système de l’Océan Indien consiste à détecter de manière très précise la formation de grosses vagues qui se déplacent sur des centaines, voire des milliers de kilomètres, permettant ainsi aux populations concernées de prendre les mesures adéquates, notamment l’évacuation. Malheureusement, aucun dispositif ne peut encore pronostiquer les séismes de puissance intense, mais l’étude de ces vagues devrait en tout cas sauver des centaines de milliers de vies en cas de tsunamis. Des progrès considérables ont été effectués pour la détection de ces vagues, laissant aux autorités le temps nécessaire pour prendre les mesures d’évacuation et d’assistance. Ce délai peut aujourd’hui aller jusqu’à une heure de temps, ce qui est impressionnant du point de vue scientifique.

Le système Dart

Le système Dart ou Deep-Ocean Assessment and Reporting of Tsunami repose sur le principe de réseau de bouées placées au large de l’Océan Indien, visant à mesurer la pression du fond de l’eau. Les données recueillies par ces bouées seront ensuite transmises aux Centres d’alerte via satellites et seront étudiées scrupuleusement. Plus de neuf pays collaborent au programme Dart, faisant monter le nombre des bouées à 60 contre seulement six en 2004. Ce système a déjà fait ses preuves en 2011 lors du tsunami qui s’est produit au Japon, puisque ce sont trois bouées russes et américaines qui ont détecté la formation des vagues en premier. Des mises en garde ciblées ont pu être mises en place et bien que le degré du désastre ait été élevé, il l’aurait été bien plus encore sans le réseau Dart, avec des milliers de morts évitées.
Les experts estiment aujourd’hui que le système Dart peut réduire les pertes humaines et matérielles de manière considérable.

Category: Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *