Un long programme politique pour l’Amérique latine lors des élections de 2014

Publié le: 17-01-2014

Brésil | Bolivie | Actualité Brésil | Actualité Bolivie | Actualité | | | |

(Mis à jour le: 29/09/2018)
Evamuer cet article

L’année 2014 pour l’Amérique Latine comportera plusieurs événements politiques importants. Le continent sera le théâtre de sept scrutins différents dont le premier concernera la Costa Rica et le Salvador et se déroulera le 2 Février prochain. Le 4 Mai, ce sera le tour de Panama pour céder, ensuite, la place à la Colombie, le 25 du même mois. Le 5 Octobre, ce seront les habitants du Brésil et de la Bolivie qui devront évoquer leurs voies. L’Uruguay fermera le programme lors de ses prochaines élections du 26 octobre 2014.

Les changements politiques ne sont pas à prévoir lors de ces élections, mais il faut espérer des résultats qui transporteront le continent dans l’alternance des pouvoirs et surtout au niveau de La Havane où une lueur d’espoir se fait jour à partir des négociations qui s’organisent actuellement entre le gouvernement colombien et la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie.

Des élections démocratiques

Un long programme politique pour l'Amérique latine lors des élections de 2014

Un long programme politique pour l’Amérique latine lors des élections de 2014

Le continent fait foi d’une démocratie exemplaire depuis plus de cinquante ans, mis à part certaines régions comme Cuba qui revit, quelques fois encore, révoltes et revendications. Mais mêmes si les scrutins sont soumis à d’importantes différences, le gouvernement mise surtout sur l’assiduité des habitants aux urnes.

Toutefois, malgré quelques problèmes sociaux encore persistants dans le continent notamment l’insécurité, l’Amérique Latine peut se vanter d’avoir fait l’objet d’une stabilité manifeste de sa population tant sur le plan social qu’économique. Le taux de pauvreté a connu une baisse remarquée dans certaines de ses régions. L’Amérique Latine se trouve aujourd’hui dans le cercle des grands démocrates avec l’Europe, les États-Unis, l’Inde, le Japon ou encore l’Australie.

Des élections pour la continuité et l’alternance

Plusieurs scénarios sont à prévoir lors de ces élections latino-américaines de 2014, des scénarios qui peuvent se différencier d’un pays à l’autre. Pour la part de Salvador, l’alternance est possible. Le front gauche ou Front Farabundo Marti de libération nationale (FMLN) est représenté par Salvador Sanchez Cerén accompagné par son candidat à la vice-présidence Oscar Ortiz, l’ancien maire de Santa Tecla, une ville connue pour sa sécurité. La droite, quant à elle est représentée par Norman Quijano, le maire de San Salvador et Tony Saca. Quoi qu’il en soit, le deuxième tour est à prévoir pour ce pays.

En ce qui concerne la Costa Rica et le Panama, une continuité est assurée par le succès probable du parti gouvernemental. Quand à la Colombie, c’est surtout la droite qui se fait le plus remarqué, car la gauche présente plusieurs divisions. C’est donc, le président Juan Manuel Santos, issu du centre droit, qui aura le plus de chance de gagner les élections et surtout si les négociations se passent bien avec les FARC.

Les pronostics se penchent plus vers Dilma Rousseff en ce qui concerne le Brésil. Plusieurs questions restent en suspens notamment la demande populaire sur l’amélioration de l’éducation et de la santé, les infrastructures publiques comme le transport. Toutefois, le peuple brésilien lui en est reconnaissant grâce à ces exploits lors de la fronde sociale de juin 2013. Le pays est, par ailleurs, en train de vivre une ascension sociale lente, mais ascension quand même, ce qui ne manque pas de ravir la population locale.

Cependant, l’arrivée de la Coupe du Monde au Brésil peut devenir source de bouleversements sociaux pour le pays. Des débordements causés par le mécontentement du public, par exemple peuvent survenir, ce qui aura pour effet de laisser l’opportunité à ses vieux démons de ressurgir à la lumière du jour. Par ailleurs, les résultats de la coupe du monde pourront avoir soit un effet favorable au gouvernement actuel en cas de succès de la Seleçäo, soit un désastre dans le cas contraire.

L’Uruguay s’assure une continuité grâce à la renommée du président José Mujica qui est issu du parti de gauche.

Un oeil sur les dissidents politiques

Lors de ces élections, les menaces à prévoir pour le numéro un du Brésil viennent surtout de la gauche. Le groupe se compose entre autres, d’Eduardo Campos, le gouverneur de Pemambouc et l’ancienne ministre de l’environnement, Maria Silva qui s’est faite remarquée par ses 20 millions de voix pendant l’élection de 2010. Ensemble, ils mettent en avant la recomposition politique en déstabilisant la centralisation entre le Parti des travailleurs, le Parti social-démocrate brésilienne dirigé par Franando Henrique Cardoso et la formation présidentielle.

Evo Morales reste le favori en Bolivie mais affiche quelques revendications sur le point de vue constitutionnel. Toutefois, une nouvelle union a vu le jour entre le centre et les formations de gauche dissidentes appelées le Frente Amplio ou Front élargi. Il regroupe des personnalités comme Samuel Doria Medina et Loyola Guzman issu de la partie de gauche : le Mouvement pour le socialisme (MAS).

L’importance de la pacification

Même si les élections apporteront, sans aucun doute, un quelconque changement au niveau de l’Amérique Latine, l’attention se portera surtout sur les impacts qu’aurait la pacification de la Colombie. En effet, ce deuxième foyer démographique latino-américain après le Brésil a été depuis longtemps le théâtre de violences politiques et sociales qui ont freiné son développement.

Quoi qu’il en soit, la pacification du continent n’est encore qu’une prévision puisqu’elle se doit de répondre aux exigences justifiées des victimes, une demande à laquelle il n’est pas toujours évident de répondre mais qui propulserait sans nul doute l’Amérique Latine à un rang beaucoup plus appréciable aussi bien en termes économique, social que politique.

 

Tags: , , ,

Category: Brésil, Bolivie, Actualité Brésil, Actualité Bolivie, Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *