Venezuela, le pétrole serait la clé du succès d’Hugo Chavez

 

Actualité Vénézuela |

Les relations entre le Venezuela et les Etats-Unis connaissent-elles un nouveau virage ?

Lors des dernières élections présidentielles au Venezuela au début du mois d’octobre, Hugo Chavez a été réélu pour un autre mandat sur la tête de son pays, l’un des plus importants réserves de pétrole dans le monde et particulièrement en Amérique latine.

A peine réélu, El commandante a souligné qu’il envisage de continuer sa politique contre Washington.

Hugo Chavez

hugo-chavez

 

L’un des plus grands opposants des Etats-Unis, Chavez use de ses pétrodollars pour faire régner sa politique. Le Venezuela abrite plus de 297 milliards de baril, que Chavez utilise pour gâter ses alliés de la gauche en Amérique du sud.

En effet, le président vénézuélien avait fondé en 2005, un club avec un nombre des petits pays de l’Amérique latine, appelé Petrocaribe. Les membres de ce club bénéficient de tarifs préférentiels sur tous leurs achats en hydrocarbures au Venezuela. Certains payent uniquement 5% immédiatement et le reste sur 25 ans avec
seulement 1% de profit.

Ceci a permis à ces pays, notamment Cuba d’augmenter le niveau de vie.

Dernièrement, après l’annonce des résultats des présidentielles au Venezuela, le président du Guatemala, Otto Perez, a exprimé son souhait d’obtenir
l’accès au club Petrocaribe. Les analystes affirment également que les Etats-Unis feraient face à un grave problème dans le cas où Chavez décide de ne plus exporter du Pétrole à Washington.

En fait, en 2011, les Etats-Unis ont importé 951 000 barils de pétrole par jour du Venezuela, soit 8% de la consommation américaine.

De son côté, Caracas profite de ses exportations de pétrole aux Etats-Unis, qui représentent 40% des exportations du pays.

En dépit d’une relation basée sur le conflit entre Chavez et les Etats-Unis, on distingue depuis quelque temps un redressement dans les relations. Hugo Chavez a même déclaré auparavant que Barack Obama est une bonne personne. De son côté, Barack Obama a indiqué à plusieurs reprises qu’il ne considère pas le Venezuela comme une menace pour la sécurité des États-Unis.

Tags:

Category: Actualité Vénézuela

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *