Parc Naturel des îles Gorgona et Gorgonilla : Découvrez les îles Gorgona et Gorgonilla en Colombie

Voyage en Colombie | Colombie | |

Evaluation: 4.0/5.
Please wait...
(Dernière mise à jour : 2018-07-03)

Baignant dans l’Océan Pacifique, à 35 km de la municipalité de Guapi, les îles Gorgona et Gorgonilla forment le Parc National Naturel de l’île Gorgona. Elles sont rattachées au département du Cauca. Le site abrite une riche diversité et représente aujourd’hui un petit paradis pour l’écotourisme en Colombie.

Sa petite histoire

Vers les années 1300 av. J.-C., l’île Gorgona a été habitée par une population précolombienne qui excellait dans la navigation et la pêche.

Elle a été découverte par Diego de Almagro en 1527. Trois ans plus tard, Francisco Pizarro y atterrit alors qu’il tentait de fuir les indigènes peuplant la Rada de Tumaco. Avec son équipage, il y reste pendant sept mois, une période durant laquelle il a vu disparaître, petit à petit, ses hommes, toutes victimes de morsures mortelles des serpents venimeux qui foisonnaient sur l’île. C’est la raison pour laquelle il l’a baptisée Gorgona.

Par la suite, l’île a servi de station de ravitaillement pour les navires qui effectuent la liaison entre le Pérou et le Panama.

En 1820, Simon Bolivar fit cadeau des îles Gorgona et Gorgonilla à un sergent-major de la Légion Britannique appelé Federico D’Croz pour le remercier de son aide durant la guerre d’indépendance. Vers la fin du 19e siècle, les fils du sergent-major vendent l’île à Ramon Payan, qui était commerçant d’or. Après la transaction, Fidel D’Croz, petit-fils de Federico a habité la partie nord de Gorgona tandis que le nouveau propriétaire occupa la partie sud et y crée une exploitation agricole.

Les deux familles y vivent en harmonie jusqu’en 1960, année durant laquelle le président de la Colombie, Alberto Lleras Camargo, décréta que les îles de la nation ne pouvaient appartenir à des particuliers. Il s’en empara donc pour y ériger une prison. Cette dernière fut utilisée jusqu’en 1984 puis le président Belisario Betancur l’a fermé pour faire des îles un Parc National.

Le Parc Naturel des îles Gorgona et Gorgonilla en Colombie

L’Alcatraz colombienne

La prison de l’île Gorgona fut la plus sûre du pays puisqu’il était difficile de s’en échapper. On disait à l’époque que la mer sevrait de garde aux prisonniers tandis que la forêt servait de sentinelle. Entre 1959 à 1982, elle a accueilli les prisonniers les plus dangereux de la Colombie. Pendant ces 25 ans, les gardes et les réclusionnaires étaient les seuls à pouvoir profiter pleinement du chant des baleines bossues.

La vie des prisonniers n’était toutefois pas aussi rose que cela, car la prison était un vrai centre de torture. Non seulement, ils subissaient des abus physiques, mais ils devaient également vivre avec les serpents venimeux et les maladies tropicales. Ils n’avaient droit à aucun confort puisqu’en guise de lits, ils avaient des planches et bien sûr, sans oreillers. Les toilettes, quant à elles, étaient de simples trous creusés dans le sol. Des cellules de châtiments y ont aussi été construites sur une dimension de 80×80 cm à 3×3 m.

En entrant sur cette île, les prisonniers perdaient leur nom et n’avaient droit qu’à un numéro. Bon nombre d’entre eux sont morts des suites d’une morsure mortelle, d’une maladie tropicale, assassinés ou encore à cause de la solitude qui régnait en permanence au sein de la prison.

Ce passé peu glorieux a quelque peu déteint sur le Parc qui n’a suscité l’engouement des touristes que récemment.

D’un point de vue touristique

Les îles Gorgona et Gorgonilla sont des îles océaniques qui offrent une superficie totale de 26 km², les 24 attribués à la première. Elles représentent une réserve de 49 200 hectares comprenant :

  • L’île Gorgona
  • L’île Gorgonilla
  • Trois autres îlots
  • Un vaste secteur marin

Le Parc, dont les 85 % sont couverts d’une forêt tropicale dense, abrite de nombreux cours d’eau ainsi qu’un lac de 5 000 m² de superficie, le lac Tunapuri. Il est connu pour son écosystème marin et insulaire très riche.

Sur le territoire, on retrouve près de 40 familles botaniques déjà répertoriées et parmi lesquelles on trouve des lauriers, des chênes ainsi que des cocotiers qui bordent les plages. Ses fonds marins, quant à eux, abritent des coraux d’une grande richesse biologique.

En termes de faune, le parc est l’habitat naturel d’une grande variété de reptiles, de tortues marines et de caïmans. Ses eaux, quant à elles et grâce à leur qualité, sont très appréciées des cachalots, des dauphins, des marsouins et des baleines bossues. A part ces espèces, il abrite également de nombreuses espèces d’oiseaux dont quelques races rares, des oiseaux migrateurs et des espèces endémiques. Le site est d’ailleurs un petit paradis pour les observateurs d’oiseaux.

Le Parc Naturel des îles Gorgona et Gorgonilla en Colombie

Scientifiques, amateurs d’écotourisme et de nature, ornithologues et aventuriers du monde entier s’y pressent chaque année pour y vivre une aventure inédite. Diverses infrastructures y ont d’ailleurs été installées pour faciliter les visites. Parmi elles, on peut citer :

  • Un musée et un auditorium qui occupent aujourd’hui l’ancienne demeure de Ramon Payan
  • Le Musée de l’Ancien Pénitencier qui expose les divers éléments autrefois utilisés par les prisonniers
  • Le Musée archéologique qui recueille les traces des anciennes civilisations ayant occupé les îles
  • Des sentiers d’interprétation écologique qui forment un véritable centre interactif
  • Un aquarium naturel baptisé Yundigua au sein duquel il est possible de faire du snorkeling et de la plongée non autonome

Et pour ceux qui veulent profiter des superbes plages du parc ou faire de la plongée en scaphandre autonome, on se dirige vers El Horno, El Planchon, Les Montañitas et El Viudo. Vous avez également accès aux plages Palmeras, Azufrada et Piedra Redonda.

Comment s’y rendre ?

Le trajet le plus emprunté pour atteindre le parc se fait depuis la municipalité de Guapi. Il s’agit d’un village afro-colombien de la Côte Pacifique. Pour y aller, il faut passer par Cali ou par Popayan. Avant de prendre une vedette à destination du parc, prenez le temps de découvrir ce village avec sa culture et sa gastronomie savoureuse.

Vous pouvez y aller en vedette à moteur à condition que l’embarcation appartienne au Ministère de l’Environnement et du Développement Territorial.

Et si vous ne pouvez pas vous rendre à Guapi, rendez-vous à Buenaventura pour prendre un des bateaux de cabotage amarrés au quai d’El Piñal et qui partent vers le parc. La traversée durera ici, une douzaine d’heures.

Pour en savoir plus sur la Colombie, cliquez ici

Tags: ,

Category: Voyage en Colombie, Colombie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *