Un arrêt domiciliaire pour Nicolas Leoz

Publié le: 03-06-2015

Actualité

(Mis à jour le: 08/07/2019)
Evaluer cet article

Nicolas Leoz, ancien président de la Fédération sud-américaine de football (Conmebol) de 1987 à 2013, figure parmi les personnes inculpées dans l’affaire de corruption de la FIFA. Mercredi 26 mai dernier, l’affaire a fini par éclater au grand jour avec l’arrestation de plusieurs haut-dirigeants de la fédération du football. Parmi les personnes qui auraient dû être arrêtées, on cite le Paraguayen Nicolas Leoz qui a été hospitalisé le jour même. L’homme devrait sortir de l’hôpital lundi prochain pour ensuite être assigné à son domicile.

Un arret domiciliaire pour Nicolas Leoz

La justice américaine réclame son extradition

Nicolas Leoz est aujourd’hui âgé de 86 ans et il est mis en cause dans le scandale de corruption de la Fifa. Comme ses collègues, il est accusé d’avoir accepté, pendant plusieurs années, des pots-de-vin notamment pour l’attribution de compétitions et de droits audiovisuels. La justice américaine réclame alors son extradition pour qu’il soit jugé comme ses pairs.

 

Refus de l’extradition simplifiée

Face à son état de santé fragile et son grand âge, le juge Humberto Otazu a rappelé à Nicolas Leoz qu’il pouvait bénéficier d’une extradition simplifiée, mais il a refusé. D’ailleurs, M. Leoz déclare ne pas avoir connaissance des faits dont on l’accuse. Le jour de l’interpellation des autres personnes, il a dû être hospitalisé au sein de la clinique privée Asunción, établissement qui lui appartient. C’est d’ailleurs là-bas que le magistrat a dû aller pour l’entendre.

 

Un arrêt domiciliaire au lieu d’une extradition

Selon le juge Otazu, Nicolas Leoz ne peut être emprisonné à cause de son âge et même l’extradition est jusqu’ici remise en cause puisque l’ancien patron de la Conmebol souffre de problèmes cardiaques et de la maladie de Parkinson. Le juge recommande alors un arrêt domiciliaire qui l’interdira de quitter son domicile jusqu’à ce que la demande d’extradition soit examinée. La justice américaine dispose, depuis le 1er juin dernier, de 60 jours pour transmettre aux autorités paraguayennes les chefs d’accusations contre Nicolas Leoz.

 

Parmi les autres personnes inculpées, on cite l’uruguayen Eugenio Figueredo qui a succédé à Nicolas Leoz à la tête de la Conmebol. Il a été arrêté à Zurich alors qu’il s’apprêtait à participer au congrès de la Fifa. Une bonne nouvelle pour l’actuel président de la fédération en la personne de Joseph Blatter qui a, une fois de plus, remporté la victoire pour ce poste.

Category: Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *